Art et citoyenneté : les droits culturels à l’œuvre à Montreuil

25/03/2019

C’est au 5 rue de la Révolution, en plein Montreuil (93), que l’association Comme Vous Émoi accompagne la vie culturelle des habitants. Au détour de rencontres, spectacles, ateliers ou autres performances, public et artistes sont invités à partager leurs expériences de vie et leur créativité. Un projet fondamentalement citoyen qui cherche à créer des ponts entre le public et la création artistique, pour imaginer de nouveaux liens sociaux.

 

Sous la verrière de ce lieu atypique, Fanny Morvan, directrice de l’association, nous présente Comme Vous Émoi, ses engagements, ses ambitions.

 

- Bonjour Fanny, pouvez-vous nous présenter votre parcours professionnel dans le secteur culturel ?

 

Mon parcours est empreint de deux univers : la politique et la culture. Lors de ma dernière année d’études en science politique à Bruxelles, j’ai intégré pour mon alternance Wallonie Bruxelles Images, l’équivalent d’Unifrance, et prolongé mon expérience d’un an dans cette structure dédiée au cinéma.

 

De retour en France, je suis devenue assistante parlementaire d’une sénatrice investie dans les domaines culturels et artistiques. Pendant près de 4 ans, j’ai pu aborder de nombreuses thématiques : l’éducation artistique et culturelle, les restitutions des objets de musées, la presse, l’audiovisuel public… Puis j’ai travaillé pour un groupe de radios indépendantes en tant que chargée des relations avec le CSA.

 

Après ces différentes expériences très enrichissantes je me suis éloignée des institutions pour aller au plus près du terrain. En tant que directrice de Comme Vous Émoi, j’œuvre quotidiennement au bon fonctionnement d’un lieu culturel intermédiaire afin de permettre aux artistes d’expérimenter des recherches artistiques et de permettre aux riverains d’y participer. Mon profil me permet d’essayer de comprendre chacun et de proposer un projet fédérateur.

 

- Quelles sont les les missions et les engagements de l’association Comme Vous Émoi ? Comment se concrétisent-elles ?

 

Nous avons trois grands engagements. Le premier, soutenir la recherche et la création artistique. Nous voulons favoriser l’expérimentation de protocoles innovants interrogeant la partition artiste/public menés par des artistes et soutenus par des chercheurs. Pour cette première saison, nous accueillons 9 compagnies en résidence de recherche et de création dont l’objectif est d’expérimenter des protocoles d’inclusion survenant à différents temps de la création artistique.

 

Le deuxième, le soutien à l’implication des publics. Notre engagement auprès du public est aussi de répondre à leurs besoins, demandes et envies en leur proposant un lieu de proximité, attractif et ouvert à tous. Comme Vous Emoi est le lieu idéal pour favoriser l’accessibilité aux arts et à la culture. Pour ce faire, nous accueillons des ateliers hebdomadaires de cirque, de peinture, de théâtre, de danse, d’écriture, de clown… mais également des ateliers dits « citoyens et solidaires » tels que le tricot, les cours de français, la permanence juridique ou le soutien scolaire. Plus occasionnellement, nous mettons à disposition nos locaux pour des événements artistiques, culturels et citoyens (restitutions, débats, conférences, stages, scènes ouvertes…).

 

 Portes ouvertes des ateliers d'artistes - ©Comme Vous Émoi

 

Le dernier, le soutien au développement des entreprises culturelles. En accueillant des résidences administratives, nous souhaitons être un lieu de ressource et de partage en favorisant la mutualisation des bonnes pratiques. Mais aussi favoriser les recherches actions sur les modèles économiques, le tout dans un objectif d’accompagnement des économies créatives.

 

- Comme Vous Émoi ambitionne d’interroger le rôle du public dans la création : comment se manifeste ce lien entre art et citoyenneté ?

 

L’ambition du projet de Comme Vous Émoi est apparue suite à de nombreux constats partagés avec les artistes du lieu, notamment que le spectacle vivant associe de plus en plus les citoyens lors d’actions spécifiques dédiées ou lors de la représentation.

 

Nous défendons qu’il ne suffit plus de « donner accès » mais bien de faire « participer à ». Ainsi, les artistes en résidence développent des protocoles innovants qui permettent d’intégrer les participants à différentes étapes de la création artistique et démultiplient les points de rencontre. Afin d’interroger ces nouveaux formats, ce qu’ils peuvent traduire autant sur les participants que sur la création et les artistes, nous invitons des chercheurs à participer à ces expérimentations et ainsi apporter un autre regard. 


En construisant ce projet, nous avons constaté notre filialité avec les droits culturels des personnes. Si ces droits sont désormais reconnus dans l’article 103 de la loi NOTRe, la reconnaissance par tous et la mise en pratique sont encore loin d’être acquises. De nombreux sujets traversent encore ces droits et nous souhaitons ouvrir le débat le 12 avril prochain en proposant une table ronde et des ateliers réflexifs.   

 

- Vous présentez vos nouveaux rendez-vous, intitulés Inspir’émoi, comme des « expériences artistiques participatives inspirantes ». Pouvez-vous nous en dire plus ? 

 

Si notre nouveau projet interroge la place des publics dans les créations artistiques, nous sommes bien conscients que la question, elle, n’est pas nouvelle. De nombreux artistes et compagnies ont déjà conduits des projets participatifs avec les publics, des ateliers dans des lieux non dédiés, travaillés avec des publics dit éloignés… De la même manière, le rapprochement des univers artistiques et universitaires n’est pas inédit, bien que plus récent. Partant de ces constats, nous avons effectivement voulu les Inspir’émoi comme des temps inspirants où des artistes ou chercheurs peuvent venir nous témoigner de leurs expériences et surtout de leurs retours d’expériences. En favorisant la rencontre et parfois le débat, on s’autorise à faire un pas de côté, à regarder différemment nos actions et peut être même infléchir nos pratiques.  

 

 Inspir'émoi le 16novembre 2018 - ©Comme Vous Émoi


Pour la saison prochaine, nous souhaiterions développer les Inspir’émoi en binôme : artiste/chercheur ; artiste/participant ; chercheur/participant afin que ces retours d’expériences permettent en plus de croiser les regards.

 

- Que peut-on souhaiter à l’association Comme Vous Émoi pour les années à venir ?

 

Étant en phase d’amorçage de ce nouveau projet, il y aurait pleins de choses à souhaiter ! En tout premier lieu, que chacun se sente libre de s’emparer de ce projet et puisse l’investir à sa manière. Nous le développons sur Montreuil, territoire fertile à la création, à l’expérimentation et à l’engagement, et on espère qu’il aura un écho bien au-delà car le sujet concerne tout le monde. Nous souhaitons aussi pouvoir participer aux réflexions actuelles qui permettront de construire les politiques culturelles de demain.

 

Vous pouvez également souhaiter à Comme Vous Émoi de pouvoir conduire dans de bonne condition son projet grâce à des moyens humains et financiers adéquats !

Merci Fanny pour la présentation de ce beau projet, et Margaux Roussilhe pour la mise en relation. Nous vous souhaitons beaucoup de succès pour les Inspir'émoi à venir ! Tenez-nous au courant :-)

 

Toutes les informations sont disponibles sur www.commevousemoi.org

Ainsi que sur Facebook : @CommeVousEmoi et Twitter : @Comme_Vous_Emoi

Please reload

Les enquêtes de Watson

Le blog qui remet

la culture en question(s)

Newsletter
Articles à la Une
Please reload

Please reload

Archives
Vous en demandez encore ? Vous aimerez aussi :
Please reload