Des lycéens inventent les éditions du Turfu

25/02/2019

Avec la révolution digitale, le secteur de l’édition fourmille d’idées nouvelles et les initiatives fleurissent. Le constat est clair : ni obsolète, ni ringard, le livre sous toutes ses formes continue de séduire la jeunesse. A tel point que des lycéens ont décidé de créer leur propre maison d’éditions numériques : Turfu les éditions.

 

Faisons halte à Poitiers, où Axelle et Alexandre nous présentent ce projet collectif qui souhaite valoriser les auteurs émergents et mettre le livre « à toutes les sauces ».

 

- Qui se cache derrière Turfu les éditions et comment est né ce projet ?

 

Nous sommes Axelle Dellion et Alexandre Leï, élèves de première scientifique au Lycée Pilote Innovant International (LP2i) de Poitiers et membres de l’association Turfu les éditions. Alexandre est également secrétaire de l’association et référent du groupe qui travaille au lycée dans le cadre des activités complémentaires de formation (A.C.F.).

 

L’association se compose de 21 membres, majoritairement lycéens ou étudiants, qui étonnement sont tous inscrits en filière scientifique ou économique, et non littéraire. L’idée d’une maison d’édition entièrement numérique est née en février 2017, dans le cadre d’un projet qui consiste à lier deux disciplines, ici les sciences économiques et sociales et le français. Un groupe d’élèves particulièrement motivé par le projet a décidé de le reconduire l’année suivante en créant une Junior association. Depuis septembre 2018 nous sommes une association à part entière.

 

- Comment fait-on fonctionner une maison d’édition quand on est lycéen ?

 

Notre maison d’édition est une association qui fonctionne principalement sur un créneau mis à disposition pour l’ensemble des élèves du LP2i, un jeudi sur deux. Nous avons reçus les précieux conseils d’éditeurs et auteurs professionnels, suivi des formations portant sur la gestion d’une association. Nous avons aussi la chance de travailler en collaboration avec des correctrices professionnelles et des illustrateur.trice.s bénévoles dans le lycée. Nous avons fait le choix d’organiser notre travail en quatre pôles principaux : l’édition, l’événementiel, la communication et le juridique. 

 

En avril 2018, nous avons été sélectionnés parmi 30 projets nationaux aux Journées de l’innovation : l’occasion d’avoir une reconnaissance de la part du ministère de l’Éducation nationale ! Le ministre Jean-Michel Blanquer est même venu nous voir lors de sa visite du lycée en octobre 2018.

 

Notre principal financement vient du lycée mais nous vendons également des objets à effigie de Turfu, comme des badges ou des stickers. Depuis que nous sommes une association, nous avons commencé à demander des subventions pour nos futurs projets.

 

- Qu’est-ce qui fait l’originalité de Turfu les éditions ?

 

Ce qui rend Turfu original, c’est l’accessibilité des livres que l’on publie : ils sont gratuits et téléchargeables sur notre site internet turfuleseditions.com. De plus, nous avons choisi d’éditer des auteurs émergents, qui n’ont donc pas encore été publiés dans de grandes maisons d’édition. Cela permet de donner de la visibilité à leurs manuscrits et de permettre à des lecteurs, nouveaux ou confirmés, d’avoir accès à ces écrits très facilement.

 

Nous sommes très présents sur les réseaux sociaux, cela nous permet de dynamiser notre communauté et sommes parus plusieurs fois sur des médias nationaux. Notre état d’esprit repose sur la co-formation : les anciens forment les nouveaux dans la bonne humeur, de cette manière tout le monde acquiert des compétences !

 

- Pouvez-vous nous présenter vos premiers auteurs édités ?

 

Nous avons actuellement publié quatre auteurs sur notre site. Anthony Passeron est l’auteur de L’art délicat de rater sa vie, notre premier manuscrit qui nous tient donc particulièrement à cœur. Gabin Chapelet a quant à lui écrit Raqqa notre « feuilleton » de l’été. Mariane Limandri a écrit Bleu, c’est la couleur d’Alex, notre première nouvelle à l’eau de rose, et enfin Feugeas est l’auteur de Nelson Melody, roman de la rentrée littéraire de Turfu.

 

 

Le point commun de tous nos auteurs c’est que ce sont des coups de cœurs du comité de lecture. C’est comme ça que marchent nos choix, c’est ce qui nous donne une grande liberté et diversité d’œuvres. L’autre point commun c’est le temps que nous passons avec chaque auteur afin de faire avancer leurs manuscrits. Nous leurs proposons un accompagnement individuel qui va de la  relecture à la révision de leur texte, en passant par la création de différentes illustrations, et enfin une publication sur notre site. Notre maître-mot c’est la confiance, car c’est comme ça que l’on peut travailler positivement avec les auteurs.

 

- Le futur de Turfu, vous le voyez comment ?

 

Tous les membres de l’association souhaitent que Turfu perdure dans le temps, mais aussi que la maison d’édition se développe. Pour cela nous devons sans cesse chercher à faire évoluer Turfu les éditions, c’est pourquoi nous nous réunissons souvent afin de faire des brainstormings. Le dernier en date concernait un projet qui nous tient à cœur : l’application Turfu les éditions, qui doit permettre à nos lecteurs de faciliter leur lecture, peu importe où ils sont. Pour sans cesse améliorer la qualité de notre travail et nous professionnaliser, il nous faudra investir dans de nouveaux outils et logiciels.

 

Nous espérons aussi diversifier notre catalogue de lecture avec pourquoi pas bientôt l’apparition de bandes dessinées ou encore de recueils de poésies.

Un grand bravo à toute l’équipe de Turfu et merci à Axelle et Alexandre pour cette interview.

 

Rendez-vous sur le site web de Turfu les éditions mais aussi sur Facebook, Twitter et Instagram pour découvrir des livres à toutes les sauces !

 

 

 

 

Retrouvez tous nos articles sur le thème Métiers du livre.

 

 

 

Lire l'article précédent : L'opéra est-il difficile d'accès ?

 

 

Please reload

Les enquêtes de Watson

Le blog qui remet

la culture en question(s)

Newsletter
Articles à la Une
Please reload

Please reload

Archives
Vous en demandez encore ? Vous aimerez aussi :
Please reload