Billetterie en ligne et patrimoine : au service des sites et des visiteurs

11/02/2019

On ne peut plus passer, aujourd'hui, à côté du e-commerce. 37,5 millions de Français ont effectué un achat en ligne en 2017, soit 85% des internautes, générant près de 82 milliards d'euros. La culture fait-elle exception ?

Depuis la création de la première billetterie en ligne, Ticketnet en 1998, les institutions du spectacle vivant ont complètement intégré le processus de vente sur Internet. Les chiffres le prouvent : en 2017, 74% des billets du spectacle vivant ont été acheté via Internet.

 

En revanche, les choses sont différentes dans le patrimoine. Seules les grandes institutions comme le Louvre ou le château de Versailles ont les moyens de développer des plateformes de billetteries en ligne. C'est fort de ce constat que la startup Patrivia s'est créée en 2016. Elle propose de mettre à disposition des gérants ou propriétaires de monuments ouverts au public une plateforme de billetterie en ligne. Transparence assurée pour le visiteur : le ticket est au même prix que celui acheté sur place. Mon cher Watson a rencontré l'un des fondateurs de Patrivia, Christian Clarke de Dromantin.

 

 

 - Bonjour Christian, pouvez-vous nous présenter votre parcours professionnel et votre décision d'entreprendre en créant Patrivia en 2016 ?

 Je suis passé par un IUT Techniques de commercialisation où j'ai appris tout ce dont j'avais besoin. Persuadé que faire des études longues me rendrait plus respectable je suis parti en Erasmus en Irlande. Enfin, j'ai suivi un parcours d'école de commerce à Bordeaux avec un nouvel Erasmus à Rome. Si je devais refaire mes études, je ferai sûrement différemment n'ayant appris qu'une chose en école de commerce : c'est cher pour ce que c'est et que je n'ai jamais vu une entreprise aussi mal traiter ses propres clients. En soit, c'était une bonne expérience pour montrer ce qu'il ne fallait pas faire en business. Pour autant ce système vous fait gagner du temps dans votre parcours professionnel. Il a le mérite de rassurer les entreprises qui recrutent pour ce que vous avez plus que pour ce que vous êtes, mais à mon sens commet deux erreurs. La première c'est de croire que parce que vous avez fait des "bonnes" études, vous êtes intelligent et la deuxième c'est de vous faire croire qu'avec vos études vous serez le plus à même de diriger des équipes et prendre des décisions.  

 

Ayant un peu approfondi mes études durant mon parcours scolaire, j'avais un désir de prendre une revanche sur la vie et mon choix s'est naturellement orienté vers l'univers du luxe. J'ai pu travailler dans la vente de diamants à Londres et l'événementiel à Paris, deux univers exigeants qui forgent le caractère. Lors de l'organisation d'un mariage dont j'avais la charge, il avait un budget de fleur de 20.000 € pour 50 personnes. Pour la première fois, je me suis posé la question du sens de ce que je faisais et puis de quelle manière je voulais m'épanouir. Il en est ressorti plusieurs points, Le temps est la denrée la plus rare que je possède, je n'ai plus le désir de le louer à quelqu'un d'autre. Ma vision du bonheur c'est aimer et se réaliser à travers des défis. Ce jour-là j'ai su que je serai entrepreneur. Nous avons donc créé Patrivia avec mon associé, Maunoir de Massol.

 

 

 

- Qu'est-ce que Patrivia ? 

Patrivia c'est la première billetterie en ligne au service du patrimoine. Nous mettons en relation des gestionnaires de lieux avec des visiteurs pour des achats de billets pour des visites de châteaux, musées, monuments et jardins. Aujourd'hui nous travaillons avec plus de 300 lieux entre la France et la Belgique. Mais plus que cela, c'est la volonté de démocratiser la culture et le patrimoine pour le plus grand nombre et de participer à la promotion des beautés de nos territoires tout en soutenant l'économie du tourisme qui pèse 42 milliards en France. Une économie qui ne se délocalise pas.   

 

 

- Est-il important, pour un site culturel, d'avoir une billetterie en ligne ? Pourquoi ?

Cela nous parait évident. 99% des châteaux et des musées n'ont pas de système de paiement en ligne quand 30% des achats touristiques se réalisent par internet en Europe. Cela permet un meilleur accueil des visiteurs en planifiant les visites directement, de faire gagner du temps, notamment pour la gestion des groupes, enfin de simplifier le processus d'achat et de gagner de l'argent. A travers Patrivia, ce n'est pas uniquement une billetterie en ligne que nous proposons mais également un service de promotion des sites avec de la visibilité et des ventes. Aujourd'hui c'est devenu primordial : ou les visiteurs sont devenus de plus en plus exigeant, ou ils veulent tout avoir dans l'instant présent.   

 

- Quels sont les intérêts pour les propriétaires et gérants de sites d'adhérer à Patrivia ?

C'est simple, efficace, rapide et sans contrainte. Il n'y a pas de frais d’inscription, pas de frais de gestion, pas d'engagements dans la durée, pas de demande d'exclusivité seulement un paiement au résultat. C'est un outil qui a été conçu spécifiquement pour des gestionnaires qui n'ont pas de temps et d'argent à perdre. Il y a une remarque qui revient parfois, c'est de voir les gestionnaires de lieux se plaindre sur ce que cela leur coûte plus que de se réjouir sur ce que cela leur rapporte. Mais nous leur amenons un trafic que qu'ils n'auraient jamais eu à travers des comités d’entreprises et agences de voyages. Nous ne venons donc pas prendre des visiteurs mais en amener de nouveaux. Par exemple, le château de Brézé pour lequel nous avons le plus vendu cette année, a réalisé des records de ventes. Pour cela, nous leur donnons également des conseils et stratégie de vente et communication à mettre en place.

 Château de Meillant - Berry

 

- En janvier 2019, vous avez racheté le blog J'Aime Mon Patrimoine. Pourquoi ? Quelle offre supplémentaire cela apportera-t-il à la billetterie en ligne ?

Lorsque vous travaillez dans le patrimoine, vous intégrez rapidement que cela va être dans le temps long. La première année, nous nous sommes focalisés sur la création d'un catalogue que personne d'autre n'a et aujourd'hui 95% des lieux présents sur Patrivia sont uniquement présents sur cette plateforme. La deuxième année, nous nous sommes focalisés sur la création d'un outil que personne d'autre ne possède dans le patrimoine. A ce titre, nous avons remporté le prix de la startup billetterie la plus prometteuse de l'année. Cette année nous nous focalisons sur la distribution. J'aime Mon Patrimoine, le plus gros média en ligne dans le secteur, était l'outil parfait pour continuer à produire du contenu de qualité sur les patrimoines (historique, muséal, culturel, architectural, gastronomique...) et commencer à faire parler de Patrivia. L'expertise de son fondateur, Florent de Carolis, nous apporte beaucoup en compétences, compréhensions des enjeux du secteur et nous avons le souhait de faire perdurer cette ode à la beauté ! 

 

Merci Christian d'avoir répondu à nos questions et à Marie Petitot pour son aide dans sa réalisation.

Pour en savoir plus sur Patrivia, vous pouvez les suivre sur leurs réseaux sociaux : Facebook | Instagram | Twitter | Youtube | LinkedIn

Patrivia et Mon cher Watson s'associent !

Afin de diversifier nos contenus et vous offrir toujours plus d'Enquêtes de qualité, nous avons le plaisir d'inaugurer une nouvelle rubrique "3 Questions à...". Dans quelques semaines, retrouvez sur Mon cher Watson une nouvelle façon de visiter des sites culturels à travers des professionnels qui y travaillent. Les premières interviews seront réalisées en partenariat avec l'équipe de Patrivia. 

On vous en dit plus très bientôt !

 

Lire d'autres articles sur le thème d'Entreprendre dans la Culture

Lire l'article précédent : "Quand le design modernise le patrimoine"

Please reload

Les enquêtes de Watson

Le blog qui remet

la culture en question(s)

Newsletter
Articles à la Une
Please reload

Please reload

Archives
Vous en demandez encore ? Vous aimerez aussi :
Please reload