Ces bénévoles qui font revivre les châteaux

17/12/2018

Un château, c’est un lieu magique, mais c’est aussi un chantier immense et permanent. Pour que l’entretien d’un tel site ne vire pas au cauchemar, nous avons souvent évoqué les nécessaires recherches de financements et les projets d’exploitation permettant d’en renouveler les usages, dans le cadre d’une économie réelle. Mais n'oublions pas que ce sont aussi les dynamiques humaines, la volonté et les savoir-faire de passionnés anonymes, qui contribuent largement au maintien d’un patrimoine riche et attractif.

 

Aujourd’hui, nous partons en direction de la Normandie où, depuis 1968, une équipe de bénévoles assure la vitalité du Château de Gratot. Cette demeure datant des XIIIe et XVIIIe siècles, qui sculpte le paysage de la Manche et regorge d’une mythologie féerique, ouvre ses portes au public 365 jours par an. Sa programmation culturelle et artistique enrichit les parcours de visites et ponctue la vie locale dans un esprit de convivialité.

 

Nous nous saisissons de ce bel exemple et de notre rencontre avec Claire Augrandjean, responsable de la communication du site, pour rendre plus généralement hommage aux femmes et aux hommes qui donnent bénévolement de leur temps pour faire vivre le patrimoine, partout en France.

 

- Bonjour Claire, pouvez-vous nous présenter votre parcours de professionnelle de la communication ?

 

J’ai fait le choix de la communication et de l’événementiel dès l’obtention de mon diplôme à l’EM Lyon Business School en 1995... un choix un peu osé à une époque où cela était vu comme un monde de « strass et paillettes » et non un métier ! J’ai bien sûr persévéré et cela s’est traduit par un parcours plus de 20 ans en agences de communication corporate et financière. Une aventure professionnelle et humaine au cœur de la stratégie d’entreprise.

 

Mes leviers pour faire ce métier passionnant ? Les rencontres, connecter des idées, communiquer et donner du sens au projet de l’entreprise et… des pierres, de très vieilles pierres.  Car l’autre constante dans ma vie, c’est le Château de Gratot, pour lequel j’ai été bénévole dès le plus jeune âge. Allier mes deux passions, la communication et le patrimoine, est finalement devenu une évidence ! J'utilise aujourd'hui mes compétences pour le Château de Gratot, et peut-être demain pour d’autres acteurs de la culture et du patrimoine.

 

- Le Château de Gratot a la particularité d’être géré par une association qui rassemble une cinquantaine de bénévoles actifs : quelle est le rôle de ces bénévoles dans la sauvegarde et l’animation du site ?

 

Depuis sa création en 1968, la mission du Centre d’Animation du Château de Gratot est double : sauvegarder le Château, classé monument historique, et développer des activités éducatives, culturelles et touristiques propres à favoriser sa meilleure insertion dans la société actuelle.

 

La cinquantaine de bénévoles actifs se retrouve régulièrement au Château soit pour accueillir les visiteurs lors de nos événements, soit lors de nos deux week-ends annuels de « grand ménage ». En parallèle, tout au long de l’année, plusieurs bénévoles habitant la région prennent en charge l'entretien des espaces verts, le suivi de divers travaux et chaque jour l’ouverture des salles d’exposition. La préparation de la programmation culturelle, l’amélioration du parcours de visite, la communication sur la vie du Château, ainsi que les relations avec la DRAC, l’ABF (Architectes des Bâtiments de France), les institutions, ou encore la presse, demandent aussi une implication à l’année de la part des bénévoles.

 

 Des bénévoles sur-motivés pour le "ménage" du Château de Gratot !

(c) Centre d’Animation du Château de Gratot

 

Nous fonctionnons en mode projet et chacun peut participer à ce que nous appelons « les commissions » pour la recherche d’artistes, d’exposants, de partenaires. C’est ce qui nous a permis d’offrir une médiation culturelle riche depuis plusieurs décennies. Le Château est ainsi devenu un lieu d’exposition et accueille chaque été deux à trois artistes dans les Communs, le Pavillon 18e siècle et ses extérieurs. Nous avons également créé deux événements qui sont aujourd’hui des rendez-vous immanquables dans la région : A propos de jardin et A propos de sculpture. Enfin, le Château est régulièrement un décor naturel pour des spectacles et séances de cinéma en plein air.

 

- Vous avez fêté en 2018 le cinquantenaire du Centre d’animation, en rendant justement hommage à ces bénévoles. Qu’est-ce qui fait durer leur passion et leur engagement au fil du temps ?

 

En août 1968, lorsque les deux fondateurs de l’Association, Jean-Pierre Tiphaigne et Joëlle Augrandjean lancent  le premier chantier, ils ont une foi inébranlable en leur projet tout en se disant, avec l’optimisme que l’on a à 20 ans, « on verra bien jusqu’où on ira ! ». La genèse du projet est la volonté de sauver ce patrimoine et de le partager avec le public ; pas seulement remettre des pierres en place, mais les faire vivre !

 Le Château de Gratot, dans la Manche (50).

(c) Centre d’Animation du Château de Gratot

 

De fait, dès cette première année, la restauration commence, le Château est ouvert au public et un premier « son et lumière » est joué sur la façade de la Maison Seigneuriale. Une communauté se crée. En 50 ans, plus de 400 bénévoles auront participé au projet ! Je peux vous citer diverses motivations : l’amour du lieu, la sauvegarde du patrimoine, l’apprentissage des techniques de restauration, l’ambiance et la vie associative... jusqu’à des choix de vie liés à la rencontre d’un conjoint ou la volonté de bâtir une carrière professionnelle en lien avec le Château. D’autres encore se sont dit  « un jour je reviendrai jouer au Château avec ma troupe ! ». Cependant, quand on interroge les bénévoles sur leurs motivations, la réponse est invariablement la même : le plaisir des visiteurs, leur gratitude et leurs encouragements à poursuivre.

 

« Un Château c’est froid, glacial, pas commode, trop grand “mais ça sent l’homme” ! »

Un bénévole.

 

 

C’est en hommage à leur vision et leur engagement que nous avons placé 2018 sous le signe de « 50 ans de passion et sauvegarde ». Non seulement 50 ans de restauration et d’animation mais aussi, et c’est ce qui, à mon sens, a été la clé de la réussite, une aventure humaine remarquable.

 

Nous avons bien sûr fêté cet anniversaire au Château avec plus de 200 personnes dont tous les bénévoles actuels ainsi que ceux de la première heure. Dans ces retrouvailles, le croisement des générations a été très émouvant, tant pour nous que pour les Gratotais, les élus locaux et la presse.

 

Festivités du cinquantenaire de l'association au Château de Gratot.

(c) Centre d’Animation du Château de Gratot

 

Nous avons également associé à cette fête les visiteurs au travers de symboles forts : une rétrospective intitulée 50 ans de passion et de sauvegarde, réalisée avec photographies d’archives inédites, et deux œuvres originales créées pour l’occasion et installées à demeure. Il s’agit d’un banc en pierre sculpté par les élèves du Lycée La Roquelle et la légende de la Fée Andaine, gravée et illustrée sur ardoise par Laura Rondel et Mathilde Loisel.

 

- Depuis 1968, quels ont été les grands chantiers emblématiques qui ont permis de préserver le site et de l’ouvrir au public ? Quels sont les partenaires essentiels à leur réalisation ?

 

La phase de restauration la plus spectaculaire a eu lieu de 1968 à 1982 car, là, il s’agissait de « se mettre au travail, sans plus tarder » : déblayer, délierrer, mettre en sécurité, extraire les gravats, désengorger les douves… Puis reconstruire certes, mais en cohérence avec une étude historique et archéologique étayée par les conseils des Architectes des Bâtiments de France. Les grands chantiers ont été la reconstruction intégrale des trois caves sous la Maison Seigneuriale et du Pavillon 18e siècle, la pose de nouvelles toitures sur la Tour ronde, la Tour à la Fée et la Poterne, et la remise en état des douves. Ces chantiers intéressent et impressionnent encore les visiteurs.

 

Plusieurs aides extérieures sont intervenues pour mener à bien les chantiers : l’association REMPART, des entreprises et artisans locaux maîtrisant les procédés anciens de restauration, sans oublier l’appui des Architectes des Bâtiments de France, de la DRAC et la Conservation Régionale des Monuments Historiques. Un chantier fait appel à une grande variété de métiers et d’artisans spécialisés : maçons, tailleurs de pierre, menuisiers, charpentiers ou encore archéologues.

 

Mener des chantiers, c’est aussi une recherche constante de financements auprès de l’état, des institutions et des mécènes. Voir le travail des bénévoles reconnu a bien sûr aidé dans ces démarches. Citons le classement du Château au titre des monuments Historiques (1970),  un prix au concours des chefs d’œuvre en péril (1971), des prix de la Caisse Nationale des Monuments Historiques, ainsi que des dons de la Fondation Langlois.

 

Vous le voyez, tout se fait grâce à la volonté des bénévoles mais certainement pas sans l’aide de partenaires.

 

- Quels sont les enjeux d’avenir pour le Château de Gratot ?

 

Votre question arrive à point nommé ! Nous venons de tenir notre réunion annuelle et avons décidé de lancer deux grands projets à partir de 2019 : la réhabilitation de la Tour Ouest et la création d’un nouveau rendez-vous au Château, sur le thème du médiéval.

 

La Tour Ouest date du 13e siècle et était l’ancienne entrée avec pont-levis du Château. Aujourd’hui on ne peut accéder à l’étage, ni au bout de chemin de ronde restant, et il n’y a plus de toiture. C’est un grand projet pour lequel nous devrons faire appel à l’ABF, à des architectes du patrimoine, aux compétences en Histoire et muséographie des bénévoles, et bien sûr à des aides dont une campagne de financement participatif.

 

Concernant le projet médiéval, il sera en lien avec l'Histoire de la Normandie et le rendez-vous sera estampillé des couleurs des d’Argouges, la famille qui a été propriétaire du Château pendant 500 ans.

 

En parallèle, nous allons développer la notoriété du Château auprès des touristes français et étrangers afin que celui-ci soit de plus en plus inclus dans les parcours de visite entre les Plages du Débarquement et le Mont Saint Michel.

 

Quant à l’Association, nous espérons y accueillir régulièrement de nouveaux bénévoles pour porter ces projets, les faire grandir et assurer la suite de 50 ans de sauvegarde et de passion !

A propos de sculpture et de jardin au Château de Gratot.

(c) Centre d’Animation du Château de Gratot

Please reload

Les enquêtes de Watson

Le blog qui remet

la culture en question(s)

Newsletter
Articles à la Une
Please reload

Please reload

Archives
Vous en demandez encore ? Vous aimerez aussi :
Please reload