Museum Connections #5 : les exposants

08/01/2018

Mon cher Watson est partenaire de l'édition 2018 du salon Museum Connections. Pour l'occasion, quatre articles seront publiés entre novembre et mars pour vous présenter ce salon, ses conférences, ses exposants et le bilan post-événement.

 

A une semaine de l'édition 2018 du salon Museum Connections, nous avons voulu connaître les entreprises culturelles qui seront présentes. Que voir ? Qui rencontrer ? Quels services seront proposés pour aider les institutions culturelles à innover toujours plus dans l'accueil et l'expérience de visite ?

 

Nous avons posé nos questions à Jessica Willig Rosenstein, responsable commerciale au sein de l'équipe d'organisation du salon.

 

 

 - Bonjour Jessica, pouvez-vous nous présenter votre parcours professionnel ?

A la fin de mes études en communication et marketing, j’ai rédigé mon mémoire sur l’impact du numérique dans les lieux culturels. Et c’est à ce moment précis que ma carrière a pris un tournant dans le secteur culturel. Ma première expérience a débuté en tant que volontaire à We Are Museum, une aventure humaine à la croisée de la culture et de l’innovation ou de nombreux professionnels de musées se rencontrent, échangent et construisent pendant deux jours sur le rôle du numérique dans les musées aujourd’hui. Deux expériences au sein de deux grandes institutions culturelles françaises (château de Versailles et Centre Pompidou) ont confirmé mon envie d’évoluer dans le secteur culturel. Je travaille désormais depuis un an pour le salon Museum Connections, en tant que responsable commerciale, un nouveau challenge pour moi.
 

 

- Qui sont les visiteurs du salon ? Que viennent-ils chercher ?

Les visiteurs du salon sont des professionnels de musées privés, publics et de lieux culturels comme les parcs, les jardins, les châteaux, les monuments historiques. Nous accueillons également des professionnels d’offices de tourisme, d’hôtels, de librairies, de zoos, d’aquariums, de parcs d’attraction. 35% de nos visiteurs sont internationaux et viennent de musées d’Europe, d’Asie et également des États-Unis.

Ils viennent sur le salon pour trouver de nouveaux prestataires capables d’équiper leurs boutiques et valoriser la qualité d’accueil de leur musée en général.

 

 

- Pourquoi avoir choisi de regrouper les produits dérivés et les équipements de valorisation sur un même salon ?

Sur le salon il existe deux parties très distinctes : l’une dédiée au merchandising, l’autre dédiée à l’équipement et à la valorisation des musées. Pourquoi avoir choisi de regrouper les deux ? C’est très simple, l’offre dans les musées aujourd’hui est de plus en plus importante, tant sur le point « commercial » que sur « l’expérience » que vivra le visiteur. En tant que rendez-vous annuel des professionnels du secteur culturel, qui sont à la recherche de nouveaux modèles économiques, produits, services, d’expertise et d’échanges, nous devions élargir notre offre non seulement aux produits que l’on retrouve dans les boutiques, mais également aux nouveaux dispositifs de médiation culturelle ou de valorisation mis en place dans les musées de nos jours. Lorsqu’il visite une exposition, un lieu culturel, le visiteur est à la recherche d’une expérience, il veut vivre un moment unique. Grâce à un audioguide innovant et ludique, à une expérience de réalité virtuelle, un dispositif audiovisuel, le musée se doit d’être attractif et interactif. Une fois l’exposition terminée, le cadeau souvenir intervient : un carnet, un accessoire personnalisé, une belle carte postale, un livre, un bijou... Le visiteur souhaite repartir avec un souvenir physique en plus du souvenir de l’expérience qu’il aura vécu.

Il était donc très important de proposer aux visiteurs du salon Museum Connections une offre complète et adaptée aux nouveaux enjeux des musées.

 

- Les exposants coup de cœur de l'équipe de Museum Connections ?

 

 Les ateliers de Paris regroupent une vingtaine de créateurs, designers et artisans français que nous avons souhaité mettre en avant cette année sur le salon sous la forme d’un pavillon de 38 m².

Le made in France est un critère de plus en plus demandé par les professionnels du secteur culturel qui souhaitent mettre en avant les produits et le savoir-faire à la française en général. La qualité prime sur l’aspect économique de la vente de produits dérivés. La boutique propose de réelles pièces haut de gamme représentant la continuité d’une exposition particulière ou du lieu en lui-même. Les créations originales et les beaux objets se vendent de mieux en mieux et les visiteurs sont plus enclin à payer un certain prix pour des produits de qualité supérieure avec une production « responsable ».

Pour les sites culturels, il y a donc un réel sens à proposer des produits créés et conçus en France, afin de promouvoir les qualités de l’artisanat français. Le salon se déroulant à Paris, il nous a semblé naturel d’encourager la démarche des ateliers de Paris qui présentent un réel potentiel dans le secteur entrepreneurial culturel.

 

 Ce cluster se donne pour mission de mettre l’innovation et les nouvelles technologies au service de la culture, de l’éducation et du tourisme pour développer l’économie et l’attractivité du territoire. Il rassemble pour cela différentes startups soutenues par l’écosystème de l’association et ses partenaires.

Cette année le Louvre Lens Vallée viendra avec d’autres acteurs de la culture du territoire des Hauts-de-France afin de représenter leur région et de rencontrer d’autres acteurs du secteur. L’idée étant de venir en 2019 sous la forme d’un pavillon regroupant des sociétés proposant des solutions pour les musées.

 

 Comme dis précédemment, la boutique représente aujourd’hui une réelle continuité de la visite et doit proposer une offre de qualité mettant en avant non seulement les produits exposés, mais aussi le site en lui-même. En tant que société spécialisée dans l’aménagement modulable de mobilier sur-mesure, USM représente un des enjeux majeurs pour les professionnels des musées et des sites culturels. En effet, ces derniers recherchent désormais à équiper leurs sites avec du mobilier innovant et adapté à leurs besoins : pour leurs boutiques, leurs espaces d'accueil ou pour une exposition (muséographie).

Museum Connections souhaite développer une offre complète pour ses visiteurs, c’est pourquoi un exposant comme USM nous permet de proposer un service sur-mesure, tout comme la billetterie, l’accessibilité etc... Car si la révolution technologique opère au sein des musées, les professionnels du secteur auront toujours besoin d’améliorer leurs services d’accueil et d’aménagement.

 

 Depuis 8 ans, Furet Company crée des visites ludiques, innovantes et immersives sur  supports numériques tels que smartphones et tablettes. Ces applications proposent des parcours thématiques et scénarisés (jeux de piste, chasses au trésor, enquêtes, jeux de rôles...) qui permettent aux visiteurs de découvrir les lieux autrement. En utilisant des solutions à la pointe de la technologie, les parcours de visite deviennent interactifs grâce à des mini-jeux,  de la réalité augmentée ou virtuelle. Furet Company accompagne les musées dans la mise en place de dispositifs immersifs, au sein même du lieu culturel. Leur solution permet aux musées d’attirer un public plus large et de séduire à nouveau les enfants et adolescents qui restent une cible primordiale.

Cet exposant est le parfait exemple de l’enjeu porté par la révolution numérique, aussi bien au service du visiteur que du lieu.

 

 

- Qu'est-ce que le pavillon international ? Qui sont les invités en 2018 et pourquoi les avoir choisis ?

Nous accueillons cette année deux pavillons internationaux sur les deux parties du salon.

 

Le Pavillon Flanders State of the Art rassemble différents musées flamands venus présenter leurs nouveaux dispositifs d’expositions. Nous avons en effet pris le parti d’accueillir des musées qui souhaitent montrer eux-mêmes leurs solutions. C’est une manière pour eux de promouvoir leur site et de mettre en avant leur axe de développement.

 

UK Trade London regroupe un ensemble de sociétés anglaises spécialisées en produits dérivés culturels. En tant que salon international accueillant plus de 35% de visiteurs étrangers, ces sociétés ont vu dans leur participation à Museum Connections l’opportunité de développer leur portefeuilles clients en France dans un premier temps, mais également auprès de professionnels de musées internationaux.

 

Ces deux invités illustrent parfaitement différents aspects clés du salon : le Visit Flanders pour l’engagement culturel et le UK Trade London pour le développement économique d’un pays.

 

Merci à Jessica d'avoir répondu à nos questions.

Pour voir la liste complète des exposants, vous pouvez vous rendre sur le site de Museum Connections.

Prochain rendez-vous avec Museum Connections, en mars pour le bilan de l'édition 2018 du salon Museum Connections qui se déroulera les 17 et 18 janvier 2018.

 

 Lire les autres articles publiés par Mon cher Watson sur le salon Museum Connections.

 

Please reload

Les enquêtes de Watson

Le blog qui remet

la culture en question(s)

Newsletter
Articles à la Une
Please reload

Please reload

Archives
Vous en demandez encore ? Vous aimerez aussi :
Please reload