Les Journées du Management Culturel

11/09/2017

Cette année, Mon cher Watson est partenaire de la 3ème édition des Journées du Management Culturel qui auront lieu les 21 et 22 septembre 2017 à l'Hôtel de Ville de Montreuil. Pour l'occasion, Muriel Zisman, chargée de communication et des partenariats, nous parle de la création de ces rencontres entre professionnels de la culture.

 

 - Bonjour Muriel, pouvez-vous nous présenter votre parcours professionnel ?

Au cours de mes études à l’Institut d’études politique de Strasbourg, j’ai effectué mon année Erasmus à l’université de Sussex et j’ai eu le bonheur d’y suivre des cours d’histoire de l’art. Au même moment, je faisais partie de l’équipe d’accueil du théâtre qui se trouvait sur le campus : mon premier contact avec le public. A mon retour en France, j’étais déterminée à travailler dans le secteur culturel. Une fois le diplôme de l’IEP en poche (section économique et financière), j’ai suivi le DESS Economie et gestion des produits culturels à l’université Paris 1. 

Mon parcours professionnel a démarré dans le secteur des loisirs, avec deux années chez Smartbox, puis il s’est construit dans le secteur culturel avec des missions essentiellement tournées vers le développement de la fréquentation et la fidélisation des publics. 

J’ai travaillé à la Cité de la musique sur le développement d’outils marketing en vue de la réouverture du Musée de la musique après des travaux de rénovation (2008-2009), à la Cité de l’architecture & du patrimoine en tant que chargée de production événementielle (2010) et au Palais de la Porte Dorée, où j’ai passé près de 6 ans. C’est un magnifique chef d’œuvre Art Déco qui abrite un aquarium tropical et un musée dédié à l’histoire de l’immigration en France. Mettre en place des actions de promotion et des partenariats en vue de développer les publics du Musée national de l’histoire de l’immigration s’est révélé à la fois passionnant et très gratifiant !

Mon récent passage chez Commeon s’est inscrit dans la continuité de mon parcours puisque le crowdfunding est à la croisée du mécénat, de la communication et du développement des publics. 

 

- Qu’est-ce que les Journées du Management Culturel ?

En quelques mots : c’est un événement organisé par des pros de la culture pour des pros de la culture ! 

Au départ, il s’agit d’une initiative lancée en 2012 par des anciens du Master management des organisations culturelles (ex DESS 234) de l’université Paris Dauphine, au sein de l’association Dauphine Culture.  C'est donc un événement organisé par une équipe de bénévoles. Au fil du temps, l’équipe s’est élargie à des non Dauphinois (dont je fais partie) mais l’événement reste très soutenu par l’université et, en particulier, par Xavier Dupuis le responsable du master. 

Les deux premières éditions, en 2012 et en 2014, ont accueilli chacune autour de 250 professionnels ou futurs professionnels de la culture.

L’événement est animé par un double objectif : faire le point sur les évolutions du secteur tout en partageant un moment convivial. La convivialité et l’échange sont très importants dans notre conception de l’événement. Les déjeuners sont inclus dans l’inscription, les ateliers ont lieu en petits groupes et nous organisons des sessions de speed networking avec notre partenaire Epigo

 

- La question du "management culturel" est une notion que l'on retrouve de plus en plus, mais qui reste assez floue. Avez-vous une définition à nous proposer ?

Lors de la première édition des journées du management culturel en 2012, la question de la définition du management culturel a été abordée. Xavier Dupuis, directeur du Master de Dauphine, a mis en avant le fait que le secteur culturel cumule plusieurs spécificités : poids du secteur public dans ce secteur économique, une forme d'économie du prototype (dans le sens où une œuvre est unique), le poids de la créativité et de la création individuelle, l'importance des relations interpersonnelles et des réseaux  dans ce secteur (on estime que 70% de l'emploi culturel est un emploi caché qui passe par le bouche-à-oreille)...

Chacune de ces spécificités peut se retrouver dans un secteur donné (la recherche, le secteur du luxe, le sport...) mais peu de secteurs réunissent avec la même intensité que la culture toutes ces caractéristiques. Par conséquent, les techniques de gestion (droit, fiscalité, gestion budgétaire) sont particulières. Les relations humaines, le management sont tout aussi spécifiques. Nous avons donc la conviction que le management culturel est unique, que le manager du secteur culturel n'est pas un manager lambda. 

Les journées du management culturel sont d'ailleurs construites sur cette conviction en offrant deux jours d'échanges dédiés.

 

Le sujet du développement de marque et des ressources propres d’un site culturel est au coeur de tous les événements professionnels ces dernières années. Pourquoi à votre avis ? Quels sont les points essentiels à retenir ?

Du fait de la baisse des subventions, les établissements culturels doivent faire un gros effort de développement de leurs fonds propres. Et cela repose sur les leviers suivants :

  • Les recettes de billetterie (qui dépendent de la fréquentation du lieu mais aussi de la politique tarifaire) ;

  • la location des espaces privatisables (séminaires et galas d’entreprise, défilés de mode, tournages et shootings photo…) ;

  • le mécénat ;

  • la diversification des activités (dont les produits dérivés font partie). 

Il est bien entendu nécessaire que les stratégies dans chacun de ces domaines soient cohérentes les unes avec les autres et c’est la gestion de l’image du lieu, déclinée du projet scientifique et culturel, qui assure cette cohérence, qui cimente le tout. 

Comme le secteur caritatif, le secteur culturel n’hésite plus à travailler avec des agences de communication, à s’approprier les méthodes marketing, etc. 

 

C’est précisément ce genre d’évolution que les JMC ont vocation à accompagner en proposant des interventions comme : 

  • la communication numérique pour les débutants

  • les clés du succés d’une campagne de crowdfunding

  • utiliser la data pour connaître ses publics / les convertir

  • organisations culturelles et stratégie de marque

  • comment diversifier ses ressources propres ? 

  • quels outils pour gagner en productivité ?

  • produits dérivés : question d’image ou développement des ressources propres ?

 

- Présentez-nous le programme de l’édition 2017 qui aura lieu les 21 et 22 septembre 2017...

Nous avons identifié trois grands axes pour construire cette programmation : les mutations du secteur, la formation et le travail, ainsi que les financements.

 

Pour le premier axe, nous avons donc travaillé sur les transformations profondes qui bouleversent aujourd’hui le secteur culturel, qu'elles soient liées à la révolution numérique (la data, réseaux sociaux, les nouveaux contenus....) ou aux politiques publiques (fusion des régions, mesures de sécurité liées aux attentats, etc.). Nous avons invité industries et institutions culturelles à partager des tables rondes pour évoquer ces évolutions majeures, pour réaliser un état des lieux, et au delà, pour faire de la prospective.

 

Le deuxième grand axe décryptera « la formation et le travail ». Notre événement étant conçu comme des journées de formation, il n’était pas envisageable de passer côté de ces problématiques qui concernent tous les managers : comment se former et monter (ou faire monter les équipes) en compétence ? Comment travailler différemment ? Comment mieux manager et piloter mes projets ? Comment créer sa propre structure ? Ces questions sont traitées lors d’ateliers pratiques, en petit comités.

 

Le troisième axe, « les financements », est un classique des JMC. Il est très sollicité par les participants des éditions précédentes, car c’est évidemment le nerf de la guerre ! Ces deux journées offrent à la fois une mise à niveau lors d’ateliers pratiques sur des sujets comme le crowdfunding, les financements européens ou les fonds de dotation, mais aussi des retours d’expérience de professionnels sur des sujets comme les ressources propres ou les stratégies de marque.

 

Cette programmation vise à offrir aux professionnels de la culture des clés de compréhension de leur secteur, en leur proposant des solutions pratiques et des exemples concrets. Pas de théorie pure. Si la dimension très terre à terre des interventions, qui nous ancre dans le concret, nous permet d’aborder le présent, elle offre également la possibilité de s’interroger sur le futur du secteur. La programmation réserve ainsi une part belle à la prospective. Nous avons finalement choisi d’augmenter ces moments de réflexion en intégrant des espaces de rencontres : des déjeuners sont inscrits (automatiquement) au programme  des participants, des experts proposent des permanences, et des startups proposent des démos.

 

Le programme est dense, mais nous attendons, comme les années précédentes, plus de 200 participants sur les deux journées !

 

Merci Muriel de nous avoir présentées ces deux journées de rencontre et d'échange entre professionnels.

Pour vous inscrire, c'est ici. Toute l'équipe de Mon cher Watson sera à Montreuil les 21 et 22 septembre, nous vous y attendons !

 

Les Enquêtes de Watson vous donnent également rendez-vous en octobre pour un deuxième article lié à cet événement ! A suivre !

 

Lire l'article précédent : médiation culturelle en Suisse Romande.

 

Please reload

Les enquêtes de Watson

Le blog qui remet

la culture en question(s)

Newsletter
Articles à la Une
Please reload

Please reload

Archives
Vous en demandez encore ? Vous aimerez aussi :
Please reload