Pourquoi acheter de l'art ?

20/03/2017

 Le 15 mars 2017, la maison de vente Christie's a réalisé une vente aux enchères record : les 31 pièces du la collection du musée Fujita au Japon on été adjugées pour 263 millions de dollars ! Derrière ces chiffres qui titillent les sommets, que représente le marché de l'art ? Peut-on s'offrir une œuvre d'art lorsque nos comptes en banque ne sont pas aussi fournis ?

La réponse est oui ! Mais dans les faits, est-ce aussi facile ? L'achat d'une œuvre d'art est soumis à certaines règles : régularité de la provenance, fiscalité, assurance, etc... Et les ventes aux enchères ne semblent réservées qu'aux seuls connaisseurs.

 

Pour en savoir plus sur l'achat d'œuvres d'art, nous avons posé nos questions à Guillaume Horen. Fondateur d'Achetez de l'Art, il nous explique comment décoder le monde mystérieux des collectionneurs d'art. De la recherche à l'achat, comment y voir plus clair ? Comment bien choisir son objet d'art ? Comment l'acheter en ligne, en galerie ou en salle de vente ? 

 

 

- Bonjour Guillaume, pouvez-vous nous présenter votre parcours professionnel ?
Je suis consultant en communication digitale depuis plus de 15 ans et accompagne de grands groupes mais aussi plusieurs acteurs du marché de l’art dans leur stratégie de communication en ligne : commissaires-priseurs, galeristes, experts, artistes.

 

- Pouvez-vous nous présenter "Achetez de l'art" ?
Achetez de l'Art est un projet lancé en 2014, fédérant aujourd’hui une communauté de plus de 60.000 personnes sur le web et les réseaux sociaux, plus de 10 partenaires et de nombreux acteurs du marché de l’art, et qui devrait être reconnu d’utilité publique !

Partant du constat que le grand public et notamment les jeunes générations n’ont pas forcément une bonne image du marché de l’art, synonyme de records d’enchères à 8 chiffres ou d’affaires de faux et de vols, j’ai souhaité leur démontrer qu’il en va tout autrement et qu’acheter des œuvres et objets d’art, toutes spécialités confondues, est passionnant, source d’enrichissement personnel, voire – mais ce ne doit pas être une finalité – de bonnes affaires.

 

Nous offrons divers services et outils destinés aux générations connectées, de plus en plus importantes, pour les aider à acheter de l’art et collectionner : le guide Achetez de l'Art, premier du genre, accompagne l'amateur d'art et le collectionneur avant, pendant et après l'acte d’achat : où acheter de l'art, comment acheter, quelle œuvre acheter, comment démarrer puis faire vivre une collection ? Nous tentons de répondre à ces questions grâce à des articles rédigés par des spécialistes (galeristes, experts, avocats, collectionneurs), tout en donnant la parole aux autres acheteurs, qui peuvent laisser leur avis dans notre guide collaboratif.

 

Nous proposons également aux acteurs du marché de l’art un accompagnement sur le web et les réseaux sociaux, afin qu’ils y soient plus et mieux visibles, avec un objectif : la transformation. Faire en sorte qu’un visiteur virtuel devienne un visiteur réel, qu’une personne qui « like » une œuvre sur un réseau social aille plus loin en se renseignant sur l’œuvre avant, nous l’espérons, de l’acquérir.


- Pourquoi acheter de l'art aujourd'hui ?

Pourquoi acheter de l’art ? Pour vivre mieux ! Je suis en effet persuadé que vivre entouré d’œuvres et objets d’art améliore le quotidien.

La présence d'œuvres d'art chez soi invite à la réflexion et à la délectation, peut procurer des instants d'émotion, de questionnement, parfois de plaisir. Ces œuvres font d'une certaine manière partie de nous ; elles participent à la construction de notre personnalité.

Une œuvre, offerte par telle personne à telle occasion, achetée dans tel contexte, auprès de telle personne, porte également une histoire qui remonte à chaque regard posé sur elle. J'ai par exemple chez moi une sérigraphie acquise aux enchères en Belgique il y a des années : à chaque fois que je la regarde, je me remémore l'aller-retour avec ma femme pour la récupérer, un moment magique !

Une œuvre n'est pas figée mais est, en quelque sorte, interactive, puisqu'elle se révèle différente de jour en jour, selon votre humeur, les personnes présentes, le contexte, mais aussi la saison et la luminosité, et l'heure de la journée...

Le plaisir d'acheter de l'art va bien entendu au-delà de ce rapport quotidien à l'œuvre, puisque les démarches en amont de l'acquisition et l'acte d'achat relèvent déjà, parfois, d'une belle expérience : des rencontres, des recherches, des pourparlers mémorables.

L'acte d’achat en lui-même peut s'avérer palpitant. Avez-vous déjà participé à une vente aux enchères, à Drouot par exemple ou même en Live sur Internet ? J'ai passé récemment un dimanche après-midi collé à mon ordinateur, pour suivre une vente sur Interencheres Live dans laquelle j'avais repéré plusieurs livres anciens, et je peux vous assurer que les sensations étaient au rendez-vous !

 

Nous souhaitons, avec Achetez de l’Art, permettre au public de goûter à toutes ces émotions, mais aussi susciter l’esprit de collectionneur, car les grandes collections ont bien commencé un jour et parce que la multiplication des collectionneurs favorise le soutien à davantage d’artistes vivants, ce qui est évidemment pour nous essentiel.

 

Enfin, pour une entreprise, l’achat d’art et son exposition dans ses locaux peuvent représenter un beau vecteur de communication externe, mais également interne.

 
- Un conseil à donner à un amateur qui voudrait commencer une collection ?
Se renseigner au maximum, consulter bien entendu notre site - les œuvres que nous avons repérées, nos conseils pour acheter, notre guide pour savoir où acheter en confiance - et ne pas hésiter à poser des questions.

 

Des sujets comme la fiscalité du marché de l’art ou encore la provenance des œuvres ont été largement traités sur notre site par nos experts, qui répondent tous les jours à des questions s’y rapportant. Et une fois l’achat réalisé, partager son expérience dans notre guide pour qu’elle profite aux autres acheteurs.


- Vous faites également du conseil auprès des galeries pour leur présence en ligne. Chez Mon cher Watson, nous avons déjà parlé de l'importance de (bien) communiquer sur le web pour les institutions culturelles. Est-ce différent pour une galerie ?

Je le répète aux galeristes que je rencontre, Internet et les réseaux sociaux ne sont pas des concurrents, mais bien une opportunité – désormais un passage obligé – pour gagner des visiteurs, pour tenter de transformer ces visiteurs virtuels en visiteurs réels et si possible en acheteurs.

Les galeries disposent d’un atout considérable pour le web et les réseaux sociaux : elles ont des visuels à partager ! Certaines galeries ont d’ailleurs compris le potentiel de réseaux comme Instagram, et s’y lancent parfois corps et âme. Il ne faut cependant pas tomber dans cet excès qui consiste à concentrer toute sa communication en ligne sur les réseaux sociaux. Une galerie conserve la main sur son site web, pas sur Facebook, Twitter ni sur Instagram ; elle doit je pense capitaliser sur son site et ne se servir des réseaux que pour rayonner, inciter les internautes à se rendre sur son site, avant de les faire se déplacer, physiquement cette fois, dans sa galerie.

Le travail des galeristes reste indispensable, il faut vraiment qu’il se retrouve pleinement en ligne !

 


Merci Guillaume d'avoir répondu à nos questions !

 

 

Lire d'autres articles sur le marché de l'art.

 

 

 

Lire l'interview précédente : Culture, tourisme et économie en Indre-et-Loire

  

Please reload

Les enquêtes de Watson

Le blog qui remet

la culture en question(s)

Newsletter
Articles à la Une
Please reload

Please reload

Archives
Vous en demandez encore ? Vous aimerez aussi :
Please reload