Tourisme, culture et économie : l'Indre-et-Loire à la loupe

13/03/2017

Tourisme, culture et économie, trois mots-clés que nous avons l'habitude d'utiliser, d'interroger, d'expliquer, d'associer chez Mon cher Watson. Ces trois éléments sont-ils toujours indissociables ? Au cœur de l’actualité avec les attentats de 2015 et 2016, les chiffres du tourisme sont au centre de l'attention. Le Ministère de la Culture et de la Communication a organisé en décembre dernier les premières Rencontres du Tourisme Culturel

 

A Tours, nous avons rencontré Christophe Bordier, directeur adjoint et chargé d'études tourisme à l'Observatoire de l'Economie et des Territoires de Touraine. Cette institution a pour mission d'élaborer des analyses et grandes tendances concernant l'économie sur le département de l'Indre-et-Loire. Dans la catégorie tourisme, cela comprend aussi bien la fréquentation des sites et monuments historiques, ou des circuits de la Loire à Vélo, que les chiffres liés à l'hôtellerie... C'est, entre autre, sur la base de ces études que sont faites les politiques culturelles du département. Comment ces chiffres sont-ils récoltés ? Quel est l'état et la place du tourisme dans l'économie de la Touraine ?

 

- Bonjour Christophe, pouvez-vous nous présenter votre parcours professionnel ?

 

J'ai obtenu un BTS tourisme et loisirs à Nantes. Ma volonté d'opérer dans les fonctions du développement touristique m'a conduit à poursuivre jusqu'en maîtrise de tourisme à l'ESTHUA d'Angers. J'ai poursuivi ensuite vers un diplôme de recherche technologique management de projet en ingénierie des services qui comportait 18 mois d'entreprise.

Comme il s'est avéré aussi difficile de trouver une entreprise qui vous accueille pendant 18 mois qu'un premier job, j'ai cherché un emploi. Et je l’ai trouvé au Comité Départemental du Tourisme des Côtes d'Armor à St Brieuc en 1998 en emploi jeune en tant qu’assistant du chargé de développement touristique du département. L'observation touristique du territoire entrait dans son portefeuille d’activité. Afin de mieux rationaliser le temps de travail, il a décidé de me confier la totalité de cette mission. Ce travail d'observation donnait lieu à de nombreuses réunions régionales qui ont considérablement enrichi mon expérience.

Fort de cela et d'un statut en emploi jeune qui commençait à ne plus me convenir, j'ai commencé à chercher un autre poste. J'ai répondu in extremis à l'annonce que l'Observatoire Economique de Touraine avait posté et j'ai été choisi. J'ai donc intégré l'actuel Observatoire de l'Economie et des Territoires de Touraine en avril 2002. Mon rôle est de gérer l’observation du tourisme au niveau départemental. Je produis certaines informations ou j’administre des données issues d’autres organismes (ex : INSEE). L’objectif est de donner de la visibilité au secteur touristique, de voir son évolution et de donner des éléments de cadrage pour préparer l’avenir.

 

- Pouvez-vous nous présenter l'Observatoire de l'Economie et des Territoires de Touraine (OE2T) et votre rôle en son sein ?

 

L'OE2T a été créée en 1991 par 2 membres fondateurs : le Conseil départemental et la CCI de Touraine. Ces deux organismes ont vite compris qu'ils avaient besoin d'un outil qui allait leur apporter de la matière objective pour réfléchir et les aider à prendre les bonnes décisions.

Parmi les intérêts de confier cela à une structure extérieure à leurs services, il y a principalement :

 

- la mutualisation des coûts : plutôt que de rémunérer deux personnes qui vont analyser les mêmes données ou faire les mêmes recherches et études, une seule le fait et le restitue aux deux organismes. On s'assure également que les personnes ont les compétences nécessaires pour cela. Bon nombre des personnes actuellement en poste à l’OE2T sont des spécialistes dans leur domaine,

 

- l'indépendance : en étant un service extériorisé, l'observatoire s'en tient au fait et ne se préoccupe pas de l’idéologie de la structure qui le finance. Objectivité, impartialité et fiabilité restent les maîtres mots à l'OE2T ce qui lui laisse une grande liberté d'expression.

 

Tour(s)plus a rejoint les membres fondateurs en 2002 pour un financement tripartite jusqu’en 2016. Pour différentes raisons, la Communauté d'agglomération aujourd'hui métropole est désormais le principal financeur de la structure.

Depuis toujours, l'OE2T s'occupe d'observer tous les domaines de l'économie locale. Par exemple, nous avons très largement contribué au schéma de développement des services à la personne du Conseil départemental, nous réalisons les phases de diagnostic sur l'évolution des commerces de certaines zones, rues ou villages, nous réalisons une étude annuelle sur l'immobilier d'entreprise, nous actualisons mensuellement plus de 50 indicateurs pour disposer d’une information chiffrée la plus fraîche possible, nous suivons les établissements tourangeaux presque en temps réel... et nous transmettons même notre savoir-faire auprès de stagiaires qui viennent se former à nos métiers depuis plus de 10 ans...

 

 

 

 

- Quelle est la place du tourisme dans l'économie de l'Indre-et-Loire ?

 

Le tourisme en Indre-et-Loire a une place importante. Le positionnement du tourisme au sein du territoire est moins une préoccupation aujourd'hui qu'il y a 15 ans. Les responsables ont pour acquis que le tourisme est un pan essentiel de l'économie locale et surtout que les emplois ne sont pas délocalisables. Ils représentent 27% de l'emploi salarié de la région. Nos châteaux ont une histoire royale, leur concentration est unique au monde et l'écrin qui leur tient lieu d'environnement est suffisamment exceptionnel pour avoir été classé au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Aujourd'hui la préoccupation est bien plus orientée sur le fait de maintenir cette économie à flot dans une pléthore de propositions touristiques. Disposer d'atouts uniques au monde ne suffit plus, il faut garder l'attention des touristes sur notre destination. L'observation s'adapte et c'est désormais plus la place du territoire parmi les autres destinations touristiques qui préoccupe. Une batterie d’indicateurs permet de savoir comment évolue la fréquentation touristique du territoire par exemple pour savoir si notre territoire résiste à la pression concurrentielle. Le tourisme est un secteur difficile à observer car très transversal. Les outils sont peu nombreux et parfois à inventer...

Vue générale du Prieuré Ronsard et des nouveaux jardins depuis l'entrée - crédit photo (c)Léonard de Serres.

 

- Le département 37 possède 7 sites culturels : le Donjon et le Logis Royal de Loches, le château de Candé, le château de Chinon, les maisons des écrivains Ronsard, Balzac et Rabelais et le musée du Grand-Pessigny. Comment sont analysés les publics et la fréquentation de ces sites ? Quelles conséquences en sont tirées ?

 

En effet, l'observation des clientèles des musées et monuments propriétés du Conseil départemental fait partie de ces outils créés comme aide au pilotage de la politique de ces sites. L’OE2T est le partenaire technique du Département pour ce travail.

Un questionnaire est établi et revu tous les 2 ans afin de questionner la clientèle. Il est auto-administré, ce qui veut dire que les visiteurs des sites y répondent de leur plein gré. Cela permet d'avoir de nombreuses réponses pour en tirer des conclusions significatives mais que tous les visiteurs n'y répondent pas.

Des questions spécifiques à chaque site sont posées afin d'améliorer les prestations proposées aux visiteurs. Des questions d'évaluation font aussi partie des intérêts de ce questionnaire. Cela permet par exemple de se rendre compte des musées ou monuments du département qui font figure de bon exemple et de transposer leurs méthodes sur les autres. La performance est ainsi collectivement améliorée de cette façon. Les questionnaires sont établis sur une année complète. Nous travaillons ensuite l'année suivante sur la remise des bilans d'analyse qui permettent aux sites de poursuivre leur développement en matière d'accueil et d'expérience de visite, puis sur la création de nouveaux questionnaires pour l'année suivante. Une nouvelle enquête des publics a d'ailleurs lieu cette année dans les sites gérés par le Conseil départemental.

 

 

Merci à Christophe d'avoir répondu à nos questions.

 

Lire d'autres témoignages sur les politiques culturellessur le tourisme culturel, ou sur des sites culturels du Val de Loire.

 

 

 

 

 

Lire l'interview précédente : une programmation participative du spectacle vivant avec A 2 pas de la Scène

Please reload

Les enquêtes de Watson

Le blog qui remet

la culture en question(s)

Newsletter
Articles à la Une
Please reload

Please reload

Archives
Vous en demandez encore ? Vous aimerez aussi :
Please reload