Musique « home-made » : rencontre avec The Dead Fox On The Road

09/05/2016

 

A l'occasion de la sortie de leur premier clip, I'm Not The Sun, nous avons rencontré Laetitia et Anthony du groupe pop-folk niçois The Dead Fox on the Road. Ils nous parlent de l’histoire de leur musique, de leur philosophie, des moyens qu’ils se donnent pour que continue de vivre leur passion.

 

Une rencontre 100% "fait maison" !

 

 

- Pouvez-vous nous présenter en quelques mots l’histoire de The Dead Fox On The Road ?

On est un duo pop-folk formé au printemps 2015 qui s’est retrouvé autour de l’envie commune d’écrire des chansons touchantes. Au fur et à mesure des concerts, on a vu cet objectif grandir alors on a continué.

 

 The Dead Fox On The Road - Tremplin du festival Les Nuits du Sud

 

- Vous avez sorti en janvier 2016 un premier EP « I’m in love with an old kind of you ». A l’heure du tout digital, qu’est-ce qui pousse un jeune groupe à matérialiser ses productions ?

On est particulièrement attachés aux expériences concrètes que permet le fait d’avoir un groupe, comme les concerts, les voyages, les rencontres… On voulait que nos premières chansons bénéficient elles-aussi de cette existence concrète, palpable au travers d’un bel objet. On vend une grande partie de nos disques après nos concerts, c’est un peu comme un souvenir de nous qu’on emporte avec soi.

 

 "I"m in love with an old kind of you" - 1er EP des Dead Fox On The Road

 

- Vous revendiquez une démarche « home-made » dans la création et l’enregistrement de vos chansons. Est-ce un choix ou une nécessité pour débuter ? Quelle liberté vous offre ce fonctionnement, et quelles en sont les limites ?

Disons qu’on s’est vite rendu compte que nos limites pouvaient nous permettre d’affirmer une identité propre. En termes d’écriture, nous sommes autodidactes, aucun de nous deux n’a reçu la moindre formation musicale. Nos chansons sont donc construites de manière très intuitive, sans longueur ni fioriture technique, un peu comme si on allait en permanence à l’essentiel.

En termes d’enregistrement, c’est la même chose : deux des chansons du disque ont été enregistrées avec un Ipad parce que c’était ce qu’on avait sous la main et ça a donné un côté naïf et sincère qu’on s’est attaché à reproduire dans la plupart de nos chansons. L’idée principale est de faire de chacune de nos limites une force.

 

- Vous sortez votre premier clip pour le titre « I’m Not The Sun ». Avec quels moyens avez-vous réalisé ce clip ? Pour quel projet artistique ?

C’est Maurice Raybaud, un ami à nous, qui nous a proposé de travailler à partir d’images d’archives de la NASA autour d’une de nos chansons. Là encore, chacun a fait avec ses propres moyens et on est particulièrement contents de voir que le résultat final colle parfaitement à notre musique. L’image garde à la fois un grain mélancolique, naïf et rêveur qui illustre bien le propos du morceau.

 

I'm Not The Sun (official video)

 

- Le secteur de la musique connait de fortes mutations et laisse la porte ouverte à de nouveaux modèles de production, de diffusion, de visibilité pour les artistes. Dans ce contexte, comment envisagez-vous le développement de The Dead Fox On The Road ?

La première des libertés pour nous est celle d’être autonomes et indépendants. Ça nous permet de faire vivre notre projet comme on l’entend avec toutes ses originalités. Aujourd’hui les gens du métier ont plutôt tendance à accompagner des groupes très avancés dans leur projet. On avance donc au maximum seuls pour montrer que notre projet est dynamique, ambitieux et voué à progresser.

 

- Votre devise ?

Avant chaque concert, on se dit mutuellement : « C’est un cadeau de pouvoir chanter nos chansons ce soir devant ces gens venus nous écouter, alors donne leur envie de revenir ! »

 

 

Merci Anthony et Laetitia, on vous dit bravo et bonne route pour la tournée de concerts à venir !

 

Retrouvez les dates de la tournée ici : http://thedeadfoxontheroad.tumblr.com/concerts

Ecouter The Dead Fox On The Road : https://soundcloud.com/the-dead-fox-on-the-road 

 

Please reload

Les enquêtes de Watson

Le blog qui remet

la culture en question(s)

Newsletter
Articles à la Une
Please reload

Please reload

Archives
Vous en demandez encore ? Vous aimerez aussi :
Please reload