Comment concilier préservation du patrimoine et aménagement du territoire ?

02/05/2016

Nous avons rencontré Laurence Clément, Directrice du Musée de la Romanche à Livet et Gavet (Isère). Elle nous parle de ses projets pour que l’histoire de l’activité humaine et industrielle de la vallée de la Romanche reste au cœur de l’identité d’un territoire en forte mutation géographique et économique.

 

- Bonjour Laurence, pouvez-vous nous présenter en quelques mots votre parcours et votre activité au sein du Musée de la Romanche?

Tout d’abord attirée par le métier d’enseignante, j’ai obtenu ma maîtrise d’anglais en Auvergne. Puis je me suis détournée de cette voie pour travailler dans des CDI et médiathèques, où le contact et les échanges avec le public m’apparaissaient plus gratifiant et me correspondaient bien mieux.

La bibliothèque municipale et le musée de la Romanche sont actuellement hébergés dans le même bâtiment. C’est donc tout simplement en acceptant de diriger la bibliothèque que je me suis aussi lancée dans l’aventure du musée.

L’histoire et la richesse de cette vallée m’ont passionnée dès les premiers instants. Le temps géologique d’abord, avec l’histoire du métamorphisme alpin qui a façonné la vallée et lui a apporté les atouts nécessaires à son développement industriel.

Le temps de l’industrialisation ensuite, avec l’histoire hydraulique avant l’hydroélectricité, les activités électrométallurgiques et électrochimiques, l’histoire des techniques, des hommes aussi, et des paysages.

Issue d’un milieu ouvrier, ma propre histoire est liée à une grande figure du paternalisme de Clermont-Ferrand (Michelin, est-il besoin de le citer ?). Il n’est pas anodin qu’une bonne partie de mon travail se base sur l’étude du paternalisme dans la vallée et le recueil des témoignages! 

 

 

 Sortie d'usine à Livet - début du XXème siècle

 

- La vallée de la Romanche est riche d’une histoire liée à l’industrialisation et l’immigration du début du XXème siècle. Quels sont les enjeux de conservation de cette mémoire pour le Musée de la Romanche ?

Le musée est né de la volonté de la commune de Livet et Gavet de conserver la mémoire d’une époque au fur et à mesure que les usines fermaient. Le musée est particulièrement riche d’un fonds documentaire et iconographique exceptionnel datant du début du XXème siècle.

L’un des plus grands chantiers d’aménagement hydroélectrique réalisé en France par EDF est actuellement en cours le long de la Romanche. Il remplacera les 6 centrales et barrages par un seul aménagement souterrain.

Cet aménagement va bouleverser profondément le paysage industriel de la vallée car il signe la disparition totale des barrages et de 5 centrales, l’une étant heureusement sauvée car classée au titre des monuments historiques. 

Il est d’autant plus urgent pour le musée de continuer à recueillir les témoignages, objets, courriers, avant la disparition de ce qui a fait la richesse de cette vallée et de faire perdurer un patrimoine unique.

 

Usine des Vernes à Livet

 

- Dans un contexte de requalification touristique de la vallée, quels sont les projets de développement pour le Musée de la Romanche ?

Un fonds documentaire inestimable peut être mis à la disposition du public et des partenaires institutionnels, ce qui fait du musée de la Romanche un centre de ressources incomparable pour quiconque s’intéresse à une histoire industrielle liant des hommes, des productions, des paysages.

A son emplacement actuel, un ancien logement ouvrier hébergeant quatre familles, le musée souffre d’un manque d’espace certain.

Notre grand projet serait de déplacer le musée dans les anciens bureaux administratifs d’une figure emblématique de la vallée de la Romanche, Charles-Albert Keller.

 

- Quelles seront vos priorités dans les années à venir, afin de développer la fréquentation du Musée ?

Dans le cadre d’un redéploiement du musée, de nouvelles missions d’animation du territoire pourraient être développées ou renforcées, telles de nouvelles visites guidées patrimoniales (création de sentiers découvertes, de voies vertes longeant la Romanche avec une signalétique et des éléments patrimoniaux). La mise en place d’un centre documentaire avec  la consultation libre des fonds, de nouveaux lieux dédiés aux expositions temporaires, une salle de conférence, une salle audiovisuelle.

Une nouvelle mise en valeur des expositions permanentes ainsi que des précieuses collections restant en réserve par manque de place.

 

- Quelles sont les contraintes et difficultés principales auxquelles vous êtes confrontée dans vos projets de développement ?

Dans un contexte de restrictions budgétaires, les projets de développement culturels et patrimoniaux restent souvent un sujet épineux.

Tous les acteurs du patrimoine ont largement alerté les collectivités sur la valeur et les ressources de ce patrimoine unique. Mais la réflexion est rendue complexe par la situation géographique de la commune, un grand nombre d’enjeux (politiques, économiques, sociaux, touristiques, environnementaux) et un grand nombre d’acteurs (politiques, institutionnels, techniques, associatifs…).

Malgré ces difficultés, des études de définition d’un projet de valorisation de ce patrimoine sont en cours et dont le but est de mobiliser tous les acteurs et porteurs de projets afin de définir une valorisation réaliste, s’intégrant à la redynamisation économique et touristique de la vallée de la Romanche.

 

- Votre musée idéal, c’est un musée…

Un musée à vivre !

Un musée non seulement à voir, mais aussi à écouter, respirer, toucher, à ressentir.

Un musée où l’on ne vient pas uniquement parce qu’il pleut.

Un musée qui jouerait avec subtilité sur les touches respectueuses de l’ancien et les nouvelles tendances en matière d’innovation.

 

Merci Laurence pour votre énergie et votre persévérance !

 

Quelques liens pour découvrir la vallée de la Romanche et son musée :

http://www.dailymotion.com/video/x3tkm05_c-est-pas-mal-chez-vous-st-barthelemy-de-sechilienne_tv#tab_embed

http://route-savoir-faire-oisans.fr/noesit/!/fiche/musee-de-la-romanche-149396

http://www.isere-patrimoine.fr/2288-les-centrales-de-la-romanche-en-question.htm

http://iseremag.fr/webzine/marsavril-2016/quand-la-romanche-etait-terre-daccueil

 

Lire d'autres articles sur les thèmes : musée et développement territorial.

 

 

 

 

 

Lire l'article précédent : pourquoi communiquer pour les institutions culturelles ?

Lire l'article suivant : l'achat d'art contemporain est-il démocratique ?

 

Please reload

Les enquêtes de Watson

Le blog qui remet

la culture en question(s)

Newsletter
Articles à la Une
Please reload

Please reload

Archives
Vous en demandez encore ? Vous aimerez aussi :
Please reload