• Clara de A.

Mieux observer pour mieux comprendre les visiteurs : MUXXE, le pari d’une nouvelle médiation


Le terme de médiation culturelle est vaste et englobe de multiples activités allant de la visite guidée à une programmation spécifique pour des publics particuliers. Qu’en est-il, justement, de la médiation pour les publics en situation de handicap ?


Chez Mon cher Watson, on a voulu comprendre comment accueillir tous les publics dans les meilleures conditions. Pour cela, nous avons interrogé Marie-Laure Even Moreau, co-fondatrice de MUXXE.


L’agence MUXXE est une équipe de recherche en design d’expériences pour les lieux culturels, spécialisée dans l’observation des publics. Intégrée au groupe Tactile Studio, MUXXE accompagne les acteurs de la culture et du tourisme dans l’analyse de leurs pratiques de médiation pour tous les publics.



Marie-Laure Even Moreau & Macarena Balcells

- Bonjour Marie-Laure, pouvez-vous nous présenter votre parcours professionnel ?


J’ai commencé ma carrière professionnelle en tant que journaliste pour la presse régionale avant de tenir différents postes en communication et en design de services dans le domaine des RH et de la formation professionnelle.


La naissance de MUXXE est liée à une rencontre. Lorsque j’ai entrepris une reconversion professionnelle avec le Master Innovation by Design de l’ENSCI - Les Ateliers à Paris, j’ai découvert Macarena Balcells, graphiste et enseignante en design graphique à Santiago du Chili. Nous avons toutes les deux un vif intérêt pour l’art et la culture. Et dans la démarche de design, c’est la phase d’observation et d’immersion ethnographique qui nous intéresse le plus. Nous avons fait en sorte de combiner les deux. A nos yeux, ce travail d’observation permet de rendre compte de ce qui se passe réellement dans les salles des musées et d’aller au-delà d’une étude des comportements des publics uniquement fondée sur des données captées de manière informatique ou sur la comptabilisation des entrées dans les musées. La création de MUXXE avec Macarena est vraiment née de cette envie de replacer l’observation des pratiques et des salles d’exposition au cœur du travail de médiation culturelle.



- Parlez-nous de MUXXE. Quels sont vos projets et vos missions ?


L’aventure a débuté en période de crise sanitaire ! Depuis mars 2020, MUXXE est le pôle recherche du groupe Tactile Studio, une agence de design inclusif, depuis mars 2020. Avec eux, nous cherchons à comprendre tout ce qui peut contribuer à faire qu’une expérience de visite soit intéressante pour le public et gratifiante pour les médiateurs.

Notre cœur d’activité repose sur l’observation des publics pour servir le parcours de visites et aider les équipes de médiation à améliorer encore leurs propositions à partir de ce qui se passe réellement dans les salles d’exposition. L’idée : s’inspirer des publics, de leurs habitudes de visite pour leur proposer une expérience en cohérence avec leurs besoins.


Nous avons par exemple réalisé fin 2019 une observation fine des visiteurs au Pavillon de l’Horloge du Louvre afin d’identifier les interactions que pouvaient créer les 12 dispositifs tactiles installés par Tactile Studio. C’est comme ça que nous avons découvert que ces dispositifs suscitent beaucoup de conversations au sein des groupes de visiteurs, quels que soient leurs profils.


Dans le contexte sanitaire actuel, il est difficile de documenter l’observation des publics, donc nous nous sommes concentrés sur les équipes de médiation. Nous les avons écoutées et nous avons fait en sorte de partager les initiatives intéressantes que nous avions remarquées pour les aider. En somme, nous faisons actuellement un travail de cartographie des connaissances et des initiatives observées, un peu comme Mon Cher Watson ! Nous regardons ce qui se passe dans certaines structures, en allant au-delà du travail de veille et d’analyse des offres de médiation numérique. Par exemple, en suivant des initiatives hors les murs comme à la Villette ou au Musée National des Beaux-Arts au Québec au Canada.


Pavillon de l'horloge

- Pour vous, qu'est-ce qu'un lieu culturel "accessible" ?


Toute personne, quelle que soit sa condition physique, sociale et mentale, doit pouvoir s’orienter de manière autonome et découvrir les œuvres en étant guidée, c’est le cadre légal défini par la Loi de février 2005.


Pour rendre un lieu accessible, il faut commencer par un diagnostic de l’existant, puis faire des ajustements d’aménagements et d’accueil, et souvent sensibiliser le personnel à ces nouvelles pratiques. Il ne faut pas oublier que tout visiteur dans un musée peut potentiellement avoir une « incapacité » sur un point ou un autre. Au-delà des handicaps visuels, auditifs ou moteur, on peut aussi être plus vite fatigué, sensible à la lumière… C’est pour cette raison qu’au sein de MUXXE, nous préférons le terme d’inclusivité à celui d’accessibilité. Il permet de prendre en compte le maximum de situations d’incapacité et d’aller au-delà de la question de l’accessibilité du cadre bâti. À mon sens, il vaut mieux penser son dispositif de médiation en partant du principe que tout visiteur peut rencontrer une ou des difficultés dans sa visite. On peut d’ailleurs constater qu’un panneau d’informations pour lequel on a soigné les contrastes à l’attention des personnes malvoyantes va rendre la lecture plus confortable pour tous les visiteurs. Finalement, le travail de design inclusif profite à tous, à la fois dans le confort de visite mais aussi dans la compréhension de l’exposition car un soin est apporté à la mise en évidence des éléments essentiels. C’est dans ce sens que MUXXE souhaite accompagner la réflexion des musée


Musée d'Orsay

- Quand et comment intervenez-vous dans ce processus de mise en accessibilité ?


Nous pouvons intervenir à différentes étapes du processus :

  • en amont d’un projet de médiation en alimentant la réflexion des équipes du musée par une étude de leur public et/ou par la veille sur les pratiques d’autres lieux culturels

  • en phase de conception, lorsque des tests utilisateurs sont réalisés sur des prototypes des dispositifs de médiation. Par exemple, actuellement, nous analysons les résultats de tests utilisateurs sur le futur parcours sensoriel du Musée national des Beaux-Arts de Québec, en lien avec l’équipe canadienne de Tactile Studio

  • à l’évaluation d’un dispositif de médiation pour vérifier à quel point il répond aux objectifs du musée, en quoi des éléments méritent d’être ajustés, ou encore pour rendre compte de pratiques des visiteurs qui peuvent être sources d’inspiration en matière de médiation


grille d'observation ©MUXXE

- Comment concevez-vous vos actions et réalisez-vous vos projets à l’heure de la crise sanitaire actuelle ?


Durant le premier confinement, nous nous sommes intéressées à la manière dont les équipes des musées préparaient leur réouverture (consulter l’étude). Dès la réouverture des musées, nous sommes allées observer la réaction des publics aux nouvelles consignes de visite : nous avons constaté qu’il y a une telle confiance du visiteur dans l’institution muséale que c’est le musée qui donne le ton de la visite et modifie les comportements du visiteur. Aujourd’hui, nous continuons à regarder ce qui se passe pour les équipes de médiation et à réfléchir à des manières de prendre soin d’eux en les accompagnant le mieux possible car cette période est éprouvante pour tout le secteur culturel. Notre intention est d’essayer de connecter entre elles des structures de tailles différentes car elles ont beaucoup à apprendre de leurs atouts respectifs. Durant cette période, on a senti qu’il y avait une plus grande ouverture des équipes à la coopération (interne et externe), mais aussi une appétence à regarder ce que d’autres structures peuvent expérimenter. MUXXE souhaite participer à cet élan d’ouverture et à la création de liens au sein du secteur culturel. Et c’est bien tout le sens de l’inclusivité !


Musée de l'Homme


Merci à Marie-Laure Even Moreau de nous avoir accordé du temps pour nous parler d’inclusivité au sein des musées et espaces d’expositions.

Merci également à Mathilde Jolivet-Martin pour la mise en relation


Pour en savoir plus sur l’agence MUXXE, vous pouvez :


Pour aller plus loin sur la notion de handicap, vous pouvez lire l’article de Rachel Chenu :

Rachel Chenu, « Musées et handicap : les freins de l’accessibilité. Une enquête auprès de 127 musées », Culture & Musées [En ligne], 31 | 2018, mis en ligne le 19 décembre 2018, consulté le 21 février 2021

Lire l'article précédent : "BLA! - Fédérer, partager, fortifier la médiation culturelle en art contemporain"

Thématiques                  Patrimoine                    Médiation culturelle            Spectacle vivant           Culture et territoires

​Musées et expositions          Communication             Entrepreneuriat culturel     Métiers du livre            Numérique     

Tourisme culturel                  Sciences et nature        Musique                                Arts visuels                  International