• Anne-Sophie M.

Muséographe, un métier aux multiples facettes

Dans le cadre de la mise en place d’un nouveau parcours muséographique ou d’une exposition temporaire, la complexité du métier de muséographe réside dans la multiplicité des tâches qu’il.elle opère et coordonne. Accompagné.e par une équipe diversifiée, il.elle définit et organise les contenus afin de transmettre les messages aux différents publics de façon scientifiquement irréprochable, didactique et captivante. Un beau challenge qui pique notre curiosité !


Mon Cher Watson a donc souhaité donner la parole à une professionnelle passionnée de ce domaine, aussi fascinant qu’éclectique. Cécile Massot, muséographe - cheffe de projet à l'Agence ABAQUE et Vice-Présidente du collectif professionnel Les Muséographes, nous invite dans l’univers dynamique et créatif de la muséographie.

- Bonjour Cécile, pouvez-vous nous présenter votre parcours et ce qui vous a amené à devenir muséographe ?


À vrai dire, j’ai toujours voulu faire ce métier, sans le connaitre vraiment, mais le média exposition m’a toujours attiré. Déjà à 11-12 ans, j’étais impliquée dans la galerie d’art de mon collège. Au cours de mon orientation, les professionnels que je rencontrais m’ont parlé de scénographie, de conservation, de commissariat d’exposition, mais le mot muséographie n’est arrivé que tard, lors d’un Erasmus à Madrid.


Après un baccalauréat littéraire spécialité Arts (danse & arts plastiques), je me suis tournée vers des études en histoire de l’art, car il me semblait que « art » et « exposition » faisaient assez bon ménage. À l’Université Autonome de Madrid, où j’ai fait une Maîtrise, j’ai eu un cours de Muséologie – Muséographie, cela a vraiment ouvert mon champ de vision. J’ai alors cherché une formation spécifique dans ce domaine, j’ai eu de la chance car Serge Chaumier ouvrait alors son Master Muséographie-Expographie à l’Université d’Arras. J’ai ainsi pris conscience de l’étendue des sujets traités par l’exposition.


Au fil de mon parcours professionnel, j’ai travaillé pour plusieurs institutions muséales, notamment à l’Exploradôme et au Muséum national d’Histoire naturelle dans lesquels j’ai eu des missions de développement muséographique, de médiation, de rédaction ou de suivi de production. J’ai également assuré, en tant qu’indépendante, plusieurs commissariats d’exposition et muséographies dans les domaines de l’environnement et des beaux-arts, en France et à Macao. Après trois années en Asie, j’ai rejoint l’Agence ABAQUE comme muséographe - cheffe de projet où je conduis actuellement des conceptions d’espaces muséographiques dans les domaines des beaux-arts, des cosmétiques, du cinéma, de la biodiversité, etc.


- Quelles sont vos missions lors de la mise en place d’une exposition ou d’un parcours muséographique ?


Je travaille normalement lors des trois grandes phases de la préparation d’une exposition : la définition, la conception et la réalisation. Parfois je ne suis pas l’ensemble du projet et j’interviens uniquement lors de la définition ou lors de la conception. Pendant la définition du projet muséographique, je pars de l’idée donnée par le commanditaire, je rencontre les experts du sujet, je me documente en lisant des livres, des articles, en écoutant des émissions ou regardant des documentaires, cela me permet de déterminer des messages à transmettre aux publics, de définir des contenus et de les organiser.


À partir de là, j’imagine un concept, c’est-à-dire une manière propre à cette exposition de présenter ces contenus, je conçois une expérience de visite. Cette conception se décline par la hiérarchisation des thématiques, l’imagination de supports et dispositifs de médiation, la recherche et la sélection d’objets, de collections, d’images, etc. qui vont venir expliciter ou illustrer les contenus. Pour cela, je suis accompagnée par un comité scientifique, constitués de spécialistes qui me conseillent, m’orientent et valident les propos de l’exposition. Dans cette phase, je travaille aussi main dans la main avec l’équipe de scénographie et de graphisme qui mettent en forme l’exposition. Enfin, lors de la réalisation, je rédige les cahiers des charges de fabrication avec les scénographes et graphistes, j’écris les textes et les scénarios des médias, je suis l’intégration des éléments muséographiques.

Montage de l'exposition "Espèce d'Ours !", Muséum national d'Histoire naturelle, 2016


- Quels liens entretenez-vous avec les autres corps de métier, quand vous travaillez sur une exposition et/ou la rénovation d’un parcours muséographique ?


Tout d’abord, en tant qu’indépendante ou que salariée d’une agence, je travaille toujours pour un client, un commanditaire qu’il soit public (commune, département, région) ou privé. Les liens sont évidemment très forts avec le commanditaire, nous travaillons pour lui et avec lui. Dans ce cadre, nous faisons souvent beaucoup de pédagogie, car ce ne sont généralement pas des professionnels de l’exposition, ils sont en charge du projet muséographique mais aussi d’autres projets qui n’ont rien à voir, parfois même rien à voir avec la culture au sens large. Ils sont, par contre, bien souvent experts du sujet de l’exposition et maîtrisent l’orientation qu’ils souhaitent donner à leur projet, ainsi ce sont des personnes ressources pour le contenu et nous les accompagnons dans la conduite de l’opération muséale.

Exposition "Air l'expo qui inspire", Exploradôme, 2015.

L’exposition est une œuvre de collaboration, c’est-à-dire que personne ne fait une exposition de manière solitaire, c’est toujours le fruit du travail d’une équipe. Je ne pourrai pas énumérer toutes les compétences et métiers nécessaires à la création d’une exposition, la muséographie à elle seule est souvent l’œuvre de plusieurs métiers. Les grands ensembles nécessaires, en plus du commanditaire, sont l’ingénierie culturelle, la muséographie, la scénographie, le graphisme et les entreprises de fabrication ; au sein de chacun de ces ensembles il y a des spécificités.


Chaque projet est différent, chacun fait donc appel à différentes spécialités. Les liens hiérarchiques entre les différents acteurs dépendent du montage du projet. Si je suis du côté du commanditaire, en tant qu’assistante à maîtrise d’ouvrage par exemple, j’assiste ce dernier dans la direction de l’ensemble des équipes. Mais si je suis du côté de la maîtrise d’œuvre, je n’ai pas de lien hiérarchique avec les collaborateurs au projet muséographique, je travaille d’égal à égal avec le scénographe et le graphiste lors de la conception et aux côtés des entreprises de fabrication pour trouver des solutions ensemble afin de respecter le projet imaginé.


- Quelles difficultés rencontrez-vous parfois, dans votre quotidien professionnel ?


Comme dans tous les métiers en équipe, les relations humaines ne sont pas toujours simples à gérer. Il peut y avoir des désaccords sur l’esprit à donner, sur la méthodologie à suivre ou simplement des difficultés à s’entendre.

Il est parfois difficile aussi de trouver de l’information, c’est un peu comme une enquête. C’est parfois frustrant. À l’inverse, il faut aussi savoir où s’arrêter, je me passionne souvent pour les projets et j’aimerais aller plus loin, mais le temps est compté et je ne peux pas passer des jours, des semaines, des mois à me documenter sur un sujet.

En agence, ou en indépendante, une des principales difficultés est l’organisation du travail sur le long terme. La plupart de nos projets sont obtenus grâce à des appels d’offres. Nous devons répondre à de nombreux appels d’offres pour gagner quelques projets, nous craignons d’avoir trop de travail ou pas assez. De plus, il est assez fréquent d’un projet soit suspendu, voire s’arrête du jour au lendemain, avant la fin. L’organisation du travail quotidien ou hebdomadaire peut être compliqué pour certaines personnes aussi car nous travaillons sur des projets très divers en même temps, il faut souvent passer de l’un à l’autre, répondre à un coup de fil sur un projet alors que nous sommes en train de travailler sur un autre, etc. Moi, j’apprécie ce découpage du travail, je trouve ça plus stimulant et varié, mais je sais que certain.e.s sont moins à l’aise avec cela. Enfin, en agence, les déplacements sont nombreux, il faut aimer voir du pays et passer du temps dans les trains (ou au moins ne pas trouver ça trop désagréable).

"Hort P. Horst | The Elegance of Light", Photo Macau, 2018.

- Qu’est-ce qu’un projet muséographique réussi selon vous ?


Pour qu’une exposition soit réussie, je pense qu’elle doit être à la fois captivante, intéressante et surprenante. Bien sûr, les contenus doivent être exacts, correctement vulgarisés pour être intelligibles par tous, mais cela est également le cas pour un livre. Une exposition se visite avec les pieds, le visiteur a besoin de vivre quelque chose. Je m’efforce toujours de concevoir des dispositifs de médiation qui font appel à l’ensemble du corps et de l’esprit des visiteurs : mettre le corps en action est pour moi quelque chose de très important dans une exposition. Je prône toujours une grande diversité des supports de médiation afin que chaque public s’y retrouve.


Un projet muséographique doit aussi prendre les visiteurs par la main, au sens figuré bien sûr, les accompagner dans la découverte du sujet, qu’ils soient néophytes ou spécialistes, il faut que chacun y trouve son compte.


Enfin, et peut-être surtout, je suis très attachée à ce que tous les éléments soient porteurs de sens. Parfois très pédagogique, parfois très fun, parfois scientifique, chaque expôt doit avoir une fonction autant dans sa forme que dans son contenu. Je me bats toujours pour que la forme d’un dispositif ne soit pas juste choisie parce qu’elle met le corps du visiteur en action, mais surtout parce qu’elle est en lien avec le sujet et, par exemple, convoque la mémoire gestuelle, sensorielle ou sémantique des visiteurs.

Exposition "Une feuille, des feuilles !", Musée d'initiation à la nature de Caen, 2018.

Nous remercions chaleureusement Cécile Massot de nous avoir fait découvrir sa pratique professionnelle et son univers de muséographe. Nous lui souhaitons beaucoup de succès dans ses futures expositions !






Thématiques                  Patrimoine                    Médiation culturelle            Spectacle vivant           Culture et territoires

​Musées et expositions          Communication             Entrepreneuriat culturel     Métiers du livre            Numérique     

Tourisme culturel                  Sciences et nature        Musique                                Arts visuels                  International