• Géraldine B.

L’EXTRA-ordinaire exposition du musée Manoli

Situé à mi-chemin entre Dinard et Saint-Malo, le musée Manoli a du, comme tous les établissements culturels recevant du public, fermer ses portes à l’annonce du confinement. Avec le retour des beaux jours, une hausse de fréquentation était attendue notamment dans le jardin, propice à la découverte des sculptures de l’artiste qui avait élu domicile dans la petite commune de La Richardais (35).


Confinés mais pas rassasiés de découvertes culturelles, nous vous proposons de découvrir le musée Manoli avec Christelle Roux-Rouvery, chargée de médiation et de communication, qui nous présente les actions mises en œuvre pour continuer d’animer les collections et mobiliser le public.


- Pouvez-vous en quelques mots nous présenter le musée Manoli ?


Inauguré en 2001, le musée et le jardin de sculptures ont été pensés et construits dans l’atelier même où le sculpteur Pierre Manoli (1927-2001) a vécu et créé pendant un quart de siècle. Cet alchimiste des matières est l’auteur de nombreuses œuvres publiques comme Cheminée, monument en acier inoxydable installé à la faculté des sciences de Jussieu, à Paris.


Le parcours muséal s’articule autour des thèmes de prédilection de l’artiste et de ses techniques de travail. Son univers se base sur les notions d'équilibre et de mouvement, sur la recherche de matières et formes diverses. Travaillés au chalumeau, ses granits fondus sont des œuvres uniques.

La programmation du musée est chaque année construite autour d'une thématique en résonance avec la sculpture de Manoli, avec pour double objectif l'élargissement et la fidélisation des publics. Expositions temporaires, ateliers pédagogiques, anniversaires au musée, visites commentées thématiques, soirées musicales et poétiques, et autres participations aux événements nationaux, ont permis au musée Manoli de devenir un lieu intégré dans le tissu culturel du territoire.




- Comment s’organise l’activité du musée depuis l’annonce du confinement ?

J’ai pour ma part intégré l’équipe en tant que chargée de communication et de médiation peu avant le confinement, ce qui m’oblige à aborder mes missions de médiation et communication sous un nouvel angle.

Depuis la fermeture du musée le 16 mars, tout l’équipe est en télétravail, grâce aux différents outils du musée qui permettaient déjà un accès en réseau. Nous nous sommes donc rapidement réorganisés et mettons tout en œuvre pour garder un lien fort avec nos publics, rester force de proposition.


Nous mettons à profit les temps auparavant destinés à l’accueil du public pour avancer sur d'autres dossiers, tant au niveau de la communication (mise à jour des fichiers, développement de nouveaux supports) que de la conservation (création d'une base de données numérique) ou de la médiation culturelle (propositions de nouvelles actions vers les publics distants).


- Que proposez-vous au public pour garder le lien poursuivre votre mission culturelle ? Cette distance apporte-t-elle quelque chose de nouveau ?

Au lendemain de la fermeture du musée, nous avons tout de suite souhaité saisir l'opportunité de mettre en œuvre les objectifs énoncés par la mission « Musée du XXIe siècle » lancée en 2017 par le ministère de la Culture pour « encourager et soutenir les initiatives d'expositions participatives avec les habitants, rendre les musées plus participatifs, accueillants et conviviaux, construire de nouvelles relations aux publics ». Dans cette optique de partage avec les publics et d’égal accès à tous à la culture, nous avons concrétisé, en une semaine, l’idée d'une exposition virtuelle inédite, participative et évolutive : L’EXTRA-ordinaire exposition.

Chacun peut réaliser son propre animal inspiré du bestiaire de Manoli, accessible en ligne sur notre site internet. Nous avons déjà exposé sur un mur virtuel (et dans un catalogue d’exposition en ligne également réalisé pour l’occasion) près d'une quarantaine d’œuvres réalisées à domicile !

Nous participons également aux différentes actions mises en place par les partenaires touristiques et culturels notamment sur Instagram avec le défi #museoquarantaine lancé par l’association Mom’Art, à laquelle nous adhérons, qui invite à imiter la posture d’œuvres d'art. Toutes ces actions nous permettent de développer notre présence sur les réseaux sociaux et donc créer des liens nouveaux avec le public confiné.

- Comment envisagez-vous la réouverture dans les semaines ou mois prochains ?


Le défi sera de retrouver notre public et de développer la fréquentation des individuels en l'absence des groupes qui ne reviendront pas tout de suite. Nous prévoyons une modification certaine de la fréquentation touristique estivale sur le territoire avec un public plus familial et surtout plus local qui nous aura parfois découvert lors du confinement.


Nous agissons dès maintenant sur la programmation estivale en souhaitant multiplier la proposition d'ateliers pédagogiques, de visites commentées et d’événements. Nous modifions également notre communication qui sera essentielle pour trouver le soutien de la population locale.


Merci Christelle pour cette présentation et ce témoignage. Nous vous souhaitons beaucoup de succès dans vos opérations actuelles et pour la réouverture du musée !

Toutes les informations sur www.manoli.org.


Encore plus de Watson !


Thématiques                  Patrimoine                    Médiation culturelle            Spectacle vivant           Culture et territoires

​Musées et expositions          Communication             Entrepreneuriat culturel     Métiers du livre            Numérique     

Tourisme culturel                  Sciences et nature        Musique                                Arts visuels                  International