• Anne-Sophie M.

Entreprendre dans la culture : source de créativité, d'épanouissement et d'accomplissement

Souvenez-vous ! Nous avions interviewé Claire Casedas en 2016, quelques mois après le lancement de son entreprise innovante Fun in museum. Depuis, cette entrepreneure accomplie a su combiner formidablement sa personnalité et ses compétences pour proposer des offres et des outils avant-gardistes et audacieux, comme l'introduction de la méthode Lego® Serious Play® dans le milieu muséal ou encore la création du premier podcast en muséographie et scénographie "J'ai l’œil du tigre".

Le tout en plaçant l'accompagnement humain au cœur de chaque idée développée... en un mot : chapeau !


Pour tout connaître du parcours de Claire : Repenser l'expérience du visiteur pour un musée plus FUN

Depuis 5 ans, Mon cher Watson a suivi de près l'évolution de ses projets et c'est avec un grand plaisir que nous mettons en lumière aujourd'hui le travail prodigieux réalisé.



Claire Casedas alias Fun in museum

- Bonjour Claire, comment décririez-vous l’évolution de Fun in museum depuis ses débuts, en 2016 ?


En regardant le chemin parcouru, deux mots me viennent en tête et me font sourire : épanouissement et libération.


En six ans, Fun in museum a fleuri et grandit en même temps que moi. Mon entreprise a un positionnement créatif et marketing (non ce n’est pas un gros mot, même dans la culture !) assumé et marqué. J’assume pleinement le "décalage" que je peux avoir avec d’autres muséographes et scénographes ou d’autres cabinets de consultants, parfois à mon sens plus neutres et lisses dans l’image, la méthode, les projets, la relation avec les maîtrises d’ouvrages. Ce sont aussi les retours que j’ai lorsqu’on m’appelle pour un projet.


En 2021, mon activité est totalement alignée avec ma vision des musées et mes valeurs :


  • le fun dans l’expérience offerte aux visiteurs d’exposition.

On vient me chercher pour imaginer des produits de visite originaux, "frais", où l’expérience est totale, "des salles d’expo aux toilettes en passant par la boutique et un restaurant scénographiés" où la qualité, la performance et la satisfaction de toutes les parties prenantes d’un projet culturel, sont essentielles. Le fun guide mes solutions créatives, ma méthode-projet, ma relation-client aussi. C’est enfin un état d’esprit professionnel et plus personnel : privilégier la qualité et la performance sans se prendre au sérieux ! C’est ce qui est apprécié dans mes accompagnements, mes formations en ligne, mon podcast "J’ai l’œil du tigre" ou encore mon compte Instagram.

Un compte Instagram fun et pétillant riche en tips et rencontres.


  • la bienveillance et le "prendre soin" des visiteurs, des professionnels que j’accompagne.

En quinze ans de métier, c’est ce qui m’anime et me motive tous les jours : aider les gens à "accoucher d’un projet", à dépasser leurs blocages et à être plus ambitieux encore en les conseillant avec sincérité et honnêteté. Sinon les projets aussi beaux qu’ils soient sur le papier finissent à la poubelle… Bref objectif "care" et exit la poudre aux yeux !

  • et enfin l’agilité : la réactivité et la souplesse sont une garantie chez Fun in museum

... Tout comme la constitution de la meilleure équipe à chaque projet grâce au choix de l’entreprise étendue et à un réseau de partenaires pluridisciplinaires en qui j’ai confiance dans les qualités professionnelles et humaines.

L’agilité se retrouve aussi dans mes méthodes de travail issues du design management développées ces cinq dernières années. Mais nous allons en reparler !


Fun in museum est une entreprise qui me ressemble à 1000% en dehors des moules que le secteur culturel veut parfois nous imposer. En six ans, je suis devenue entrepreneure au sens strict du terme "en entreprenant", tout en respectant ma personnalité, mes ambitions, en me challengeant régulièrement, pour apporter le maximum à mes clients, et à mon échelle, au secteur.

Logo Fun in Museum


- Dans votre travail, vous êtes très attachée aux rapports humains et avez d’ailleurs développé un service de coaching pour accompagner vos clients dans leurs projets. Pouvez-vous nous dévoiler plus en détail ce que vous proposez et nous partager ce qui vous anime dans ce soutien personnalisé ?


Je suis convaincue que pour qu’un projet culturel réussisse (la création d’une expo permanente, la rénovation d’un équipement…), il faut qu’il soit fédérateur et partagé par tous ses acteurs.

Pour moi, mon travail n’est pas seulement d’apporter des solutions créatives, techniques et budgétaires via des livrables sans consulter personne ! Ça me tue d’entendre des maîtrises d’ouvrage me dire que les études précédentes ont été inutiles car personne ne s’y retrouvait.

Le travail de muséographe et de scénographe est aussi un travail d’accompagnement humain où l’écoute active, l’empathie et la sincérité sont des qualités essentielles. La clé de réussite se situe souvent dans le management et dans la capacité à faire avancer des personnes ensemble sur un projet partagé et fédérateur, sans non-dits ou frustrations. Il faut arrêter avec le blabla conceptuel et les terminologies à quinze syllabes qui n’apportent rien de concret. Je suis convaincue qu’il faut être plus terre à terre en posant les bonnes questions au bon moment, en ayant parfois une attitude de coach et de facilitateur.


Méthode Lego® Serious Play® au service des musées
La méthode Lego® Serious Play® bientôt au sevice des professionnels de la culture, des musées et du patrimoine ?

En six ans, j’ai créé une méthodologie qui ne met pas la maîtrise d’ouvrage de côté, en la dépossédant de son projet. Je propose par exemple des ateliers de créativité avec des méthodes design et agiles, que j’ai expérimentées, affinées, notamment en tant que designeuse POC (proof of concept) de Lille Capitale mondiale du Design 2020 rattachée à la maison "prendre soin". Je suis aussi facilitatrice certifiée de la méthode Lego® Serious Play® où l’on utilise les célèbres briques danoises pour solutionner des problèmes, prendre des décisions, construire un plan d’action, faire un diagnostic…


Ces méthodes sont vraiment puissantes et il suffit de les tester pour se rendre compte du temps et de l’énergie gagnés en trois heures d’atelier. On débloque des années de difficultés, d’impasse, de frustration souvent, outre le développement plus personnel que ce type d’atelier apporte ! Nous sommes loin des ateliers post-it et des marathons où il n’en ressort qu’une sensation de réunion plus "sympa". Il y a une vraie transformation car tout est construit pour arriver à un résultat précis à la fin des diverses activités ludiques.



- Jamais à court d’idées et de projets, vous avez lancé le podcast "J’ai l’œil du tigre" en décembre 2020. C'est un format particulier et nouveau pour le secteur, notamment lorsque l'on cible les professionnels. Quelles ont-été vos motivations pour imaginer cette nouvelle aventure ?


Je suis une grande consommatrice de podcasts depuis plus d’un an maintenant de sujets divers et variés. J’ai constaté que les podcasts sur les "musées" décrivaient beaucoup les œuvres d’art et parlaient surtout de sujets scientifiques. J’ai eu envie de combler un manque en créant un podcast qui développait une autre vision des musées, en dehors de l’art, avec des conseils concrets pour les professionnels et les étudiants du secteur, comme ceux que j’affectionne sur l’entrepreunariat par exemple.

On parle de comment pimper une chronologie ennuyeuse dans une expo, comment rédiger un Projet Scientifique et Culturel, comment bien accueillir les bébés ou les séniors au musée…


L’idée avec "J’ai l’œil du tigre" est aussi d’accompagner des professionnels comme des musées d’associations, des petites structures, qui ne sont pas en mesure de s’offrir l’intervention d’un muséographe ou d’un scénographe. Enfin, mes auditeurs sont aussi des étudiants, des jeunes actifs, des personnes passant les concours de la fonction publique, en manque d’expériences pratiques (ou avec le besoin de se rassurer sur leurs compétences), a contrario du théorique. Le format podcast crée une belle connexion. Je m’amuse beaucoup derrière mon micro même si publier un épisode chaque mardi est un vrai challenge temporel et créatif pour une entrepreneure. Mais ces accompagnements « gratuits » me tiennent à cœur car ils contribuent à faire avancer le secteur, à valoriser le métier de scénographe et de muséographe, et à aider les gens avec de belles rencontres.


Dans quelques mois, j’espère pouvoir développer le podcast au sein d’un funky blog avec les notes des épisodes et des ressources complémentaires. Mais le temps me manque car je suis seule à faire tout ça en plus du reste !

Podcast "J'ai l'œil du tigre"
Claire avec "J’ai l’œil du tigre" comptabilise en moyenne 100 écoutes par jour.



- Vous proposez à présent une offre de formations en ligne avec des sujets très concrets. Pouvez-vous en dire plus ?


Formation Expo mode d'emploi
"Expo mode d’emploi", lancée en juin 2021

Oui ! Cette belle aventure a démarré en juin 2021 avec trois premières formations en ligne : Expo mode d’emploi, Orga ninja et Régie d’enfer. L’activité de formation n’est pas nouvelle pour moi car j’enseigne depuis treize ans à l’université dans des licences et masters. J’interviens ponctuellement pour des organismes comme le Centre Nationale de la Fonction Publique Territoriale (CNFPT) et l’Institut National du Patrimoine (INP) pour la formation initiale des élèves–conservateurs par exemple.


Encore une fois, ma démarche se situe dans la transmission, l’accompagnement, le coaching de groupe et plus individuel. Se former n’est pas toujours facile dans le secteur pour des questions de contraintes calendaires, logistiques, budgétaires. Les retours d’expérience montrent aussi que le concret est rare au-delà du théorique et des études de cas, où on ne se reconnaît pas toujours. On n'a pas toujours les moyens humains et financiers de reproduire ce que font les grandes structures. J’ai envie d’innover dans ce domaine en proposant des pas à pas, des templates à prendre en main rapidement… Les méthodes agiles et créatives se retrouvent aussi ici !


Au regard du succès de mon lancement (plus de 130 élèves), mon offre va s’étoffer avec une nouvelle formation en ligne vers novembre 2021. D’autres suivront en 2022 ! Ce n’est que le début d’une aventure dont je dévoilerai les coulisses sur mon Instagram.


Une envie d’innover dans la formation des métiers du secteur.


- Comment imaginez-vous le développement de Fun in museum dans les années à venir ?

Comme toute entrepreneure, je fourmille d’idées pour le développement de Fun in museum, ma carrière et ma vie, où tout est très lié pour moi ! Je me lance des défis continuels, j’apprends de mes échecs, je sors régulièrement de ma zone de confort.

En 2020 j’ai donné un grand coup d’accélérateur et d’innovation : le podcast chaque mardi, ma présence sur Instagram, la newsletter hebdomadaire. Mon objectif est de consolider l’existant, l’améliorer et continuer à faire ce qui m’anime le plus : accompagner les personnes avec fun et bienveillance et les aider à réussir.

De nouveaux formats de contenus vont apparaître avec le funky blog et une belle collab', des vidéos probablement…


Funky Blog - Fun in Museum

J’aimerai aussi davantage encore diversifier mes modes d’accompagnement avec des missions "boost" qui s’adressent davantage à des structures qui ont besoin "d’un coup de main, là, maintenant" avec plus de facilité : le coaching visio court, le coaching à domicile ou encore le coaching liberté. Tout le monde ne peut pas s’offrir une intervention longue et coûteuse d’un consultant scénographe et muséographe pour un projet de A à Z. Trop de structures et de projets en pâtissent aujourd’hui.


Enfin, je compte bien essayer de concrétiser deux rêves :

  • même si ça peut paraître "perché", faire connaître et développer la méthode Lego® Serious Play® au service de la culture, des musées et du patrimoine pour manager les projets. La méthode a fêté ses vingt ans en septembre déjà ! Je suis convaincue qu’elle peut apporter beaucoup aux grandes et petites institutions publiques et privées. Je propose d’ailleurs des démos et des initiations en présentiel ou à distance sur demande pour les intéressés ou les plus sceptiques. C’est bien plus que jouer avec des petites figurines et ça n’a rien à voir avec des maquettes d’expo !

  • et enfin poursuivre le développement à l’international de Fun in museum. Neuf projets à l’autre bout du monde ont été faits en six ans, en particulier dans l’Océan Indien, parfois totalement à distance. Sans que la pandémie y soit pour quelque chose grâce aux process que j’ai mis en place.

Bref, je compte bien continuer à inventer les musées de demain et contribuer à faire avancer ce secteur prisé et exigeant où je m’épanouis pleinement.




Merci vivement Claire de nous avoir faire entrer dans ton univers avec autant d'authenticité et d'enthousiasme. C'est incroyable ce chemin parcouru depuis 2016 : longue vie à Fun in museum !

Continuer à partager avec Claire :

Le podcast « J’ai l’œil du tigre »

Se former et travailler avec Claire, l'ensemble des formations proposées par Fun in museum, c’est par là !


(Re)lire la première interview de Claire Casedas sur Mon cher Watson "Repenser l'expérience du visiteur pour un musée plus FUN"

Pour aller plus loin :

Lire d'autres enquêtes sur le thème "Musées et expositions" et "Entrepreneuriat"

Lire l'enquête précédente : "Médiation culturelle & communication, une alliance cohérente pour un accès à la culture pour tous"



Thématiques                  Patrimoine                    Médiation culturelle            Spectacle vivant           Culture et territoires

​Musées et expositions          Communication             Entrepreneuriat culturel     Métiers du livre            Numérique     

Tourisme culturel                  Sciences et nature        Musique                                Arts visuels                  International

Enquêtes & Actus
S'abonner à la newsletter