• Aurélie R.

Echanges, partages, remettre l'humain au centre : l'exemple de la Matmut pour les arts

Centre d'art contemporain, promotion d'écrivains et mécénat auprès d'institutions et d'événements culturels, la Matmut s'est engagée depuis de nombreuses années pour les arts. Un objectif : rendre l'art accessible pour tous.

Avec la fermeture des lieux de culture dès le 15 mars, il a fallu que l'équipe en charge du pôle culturel s'adapte : comment faire vivre une exposition pendant le confinement ? Faut-il annuler ou reprogrammer une future exposition ? Comment aider une jeune écrivaine à promouvoir son premier roman ? Et quels impacts sur les actions de mécénat de la Matmut ?


Sophie Lemaire, responsable du pôle culturel nous parle de leurs nouveaux impératifs.



- Le Centre d'art contemporain est fermé et la présentation du premier roman Claire obscure de Sylvie Mouchon, lauréate 2020 du Prix Révélation Littéraire Matmut, au Salon du Livre de Paris a été annulée. Ce sont des freins à vos activités culturelles. Comment y faites-vous face ?

Le Centre d’art contemporain de la Matmut, situé à Saint-Pierre-de-Varengeville près de Rouen, et son parc de 6 hectares qui l’entoure, sont en effet fermés au public, par mesure de sécurité et selon les décisions gouvernementales. Le château accueillait une exposition du photographe Denis Darzacq qui devait se tenir jusqu’au 5 avril. Suite aux mesures de confinement, nous ne pouvons, à ce jour, ni procéder au décrochage de celle-ci, ni à l’accrochage de l’exposition suivante, comme cela était initialement prévu.

Concernant la prochaine exposition, autour du photographe Bae Bien-U, elle devait démarrer le 11 avril, nous sommes en attente de la décision finale qui sera prise en fonction des directives de l’Etat concernant la période de confinement. Soit nous réduirons la durée de l’exposition (qui devait initialement se terminer le 21 juin), soit nous envisagerons de la reporter à un autre moment, probablement en 2021. C'est un vrai casse-tête administratif (logistique, transports des œuvres, dates d'événènement...) mais l'artiste est très compréhensif. Nous sommes en dialogue avec lui et sa galerie et nous tâcherons de trouver la solution qui convient le mieux à tout le monde.


Pour ne pas perdre le fil de notre action, en ces temps troublés, nous avons choisi de maintenir le lien avec notre public. Nous postons régulièrement des messages sur les réseaux sociaux, notamment sur le compte Instagram "Matmut pour les arts" à destination du public habituel du centre d’art tout autant que les personnes qui ne le connaissent pas et qui peuvent avoir un aperçu de l’art de Denis Darzacq depuis leur maison. Nous avons également adapté certaines actions de médiation culturelle afin de proposer des jeux créatifs à réaliser en famille. Une manière de se sensibiliser à l’art dès le plus jeune âge, ce qui est en adéquation avec notre ambition : rendre l’art accessible à tous.


Concernant Sylvie Mouchon, notre lauréate du Prix Révélation Littéraire Matmut, elle est, tout comme nous le sommes, fortement déçue par l’annulation de la présentation de son premier roman, au Salon du Livre de Paris. Nous allons trouver d’autres temps de valorisation du Prix et du roman lauréat dans la suite de l’année 2020. Dès maintenant et avec Sylvie Mouchon, nous incitons via les réseaux sociaux à la lecture de l’ouvrage, le temps de confinement étant propice à la lecture. Après le confinement et aux côtés de l’éditeur, nous envisageons également des séances de dédicaces, dont une au siège de la Matmut, ainsi qu’une campagne de communication ciblée via la presse et enfin, ce qui sera sans doute le temps fort de l’année, une présentation publique. L’année dernière, nous étions partenaires de la Fête du livre de Saint-Etienne et avions intégré le festival « Les mots en scène ». Cette fête, qui accueille chaque année 160 000 visiteurs se prépare actuellement et nous dialoguons avec les équipes pour déterminer la formule qui aura le plus de sens pour le Prix et pour la fête du livre.


Centre d'art contemporain de Saint-Pierre-de-Varengeville - ©Arnaud Bertereau, Agence Mona 2013


- Vous avez également une activité de mécénat auprès de différentes institutions culturelles. Ces activités sont-elles impactées par la fermeture des lieux culturels ?

Avec les fermetures des salles, les reports ou annulations de manifestations, la période que nous vivons, et que les acteurs culturels vivent, est bien évidemment difficile. Nous sommes en lien avec tous nos bénéficiaires afin de rester en contact et de prendre connaissance des conséquences du confinement pour chacun d’entre eux. Quasiment tous modifient les dates ou le contenu de leurs actions tout en restant parfaitement en adéquation avec l’esprit du programme de soutien de Matmut pour les arts, c'est-à-dire soutenir des projets créés spécifiquement pour faciliter l’accès à l’art aux personnes qui en sont éloignées (notamment le public en situation de handicap auditif, visuel ou encore les familles). Dans ce respect, nous maintenons tous les financements, qu’ils soient déjà alloués ou à allouer.


Malheureusement, un événement, le Family Fun Day, qui devait avoir lieu au Cirque-Théâtre d’Elbeuf-sur-Seine dans le cadre du festival annuel Spring est annulé. Nous étudions actuellement avec eux comment notre accompagnement peut se reporter à l’événement 2021. 


Pour faire face à ces incertitudes, nous échangeons quotidiennement avec les structures, institutions, associations pour lesquelles nous sommes mécènes. Mais « à tout malheur est bon », les habitudes de travail que nous connaissons nous permettent de prendre plus le temps d’échanger ensemble et de renforcer nos contacts humains. La parole se libère et nous avons de vrais échanges de partages avec nos personnes contacts au sein des institutions bénéficiaires. C'est quelque chose de précieux et nous veillerons, après ces temps difficiles, à continuer et faire progresser ensemble nos relations, afin de continuer à proposer, un accès à la culture au plus grand nombre.





Merci Sophie d'avoir participé à notre appel à témoignage et pour cette touche d'optimisme pour les rapports humains.

Merci également à Guillaume Buiron et Marion Falourd pour la réalisation de cette interview.



>> Après un mois de confinement, comment votre quotidien professionnel et vos projets pour "l'après" ont-ils évolués ? Venez nous en parler !




Pour tout savoir sur les actions de la Matmut en faveur de la culture :

- Site internet Matmut pour les arts

- Compte instagram Matmut pour les arts






Lire les enquêtes "spéciales confinement" de Mon cher Watson

Lire l'enquête précédente : "Communiquer, préparer et attendre, le quotidien d'une guide-conférencière en confinement"



Thématiques                  Patrimoine                    Médiation culturelle            Spectacle vivant           Culture et territoires

​Musées et expositions          Communication             Entrepreneuriat culturel     Métiers du livre            Numérique     

Tourisme culturel                  Sciences et nature        Musique                                Arts visuels                  International